Tambouilles végétales

Je ne pensais pas m’y mettre un jour, et encore moins aimer cela…

L’été, le fait que j’ai un peu plus de temps, et surtout, que je dispose d’un local avec l’infrastructure nécessaire me permettant de « tambouiller » en toute quiétude (eau chaude, gaz), en gros de faire mon « petit bazar » sans envahir la cuisine, toutes ces conditions réunies m’ont fait me lancer dans la teinture végétale. Et contre toute attente, moi qui suis habituellement fâchée avec les casseroles, et bien je dois que dire que là, ça me plaît de jouer à l’apprenti-chimiste… :wallbash_tb:

J’ai d’abord essayé la fleur de Carthame. Gregoire en donne la recette sur son blog et quand j’ai vu le rose qu’il obtenait, je n’ai eu qu’une envie, essayer à mon tour… Dominique Cardon dans son ouvrage de référence, « Le monde des teintures naturelles » ,  en donne également la recette : le principe consiste à laver les fleurs à l’eau, pour en retirer le colorant jaune (que l’on peut mettre de côté pour l’utiliser, mais il n’est pas solide à la lumière). Puis on extrait le colorant rose dans une solution basique (eau + cristaux de soude par exemple). Une fois le colorant extrait, on y plonge la fibre, et l’ajout de vinaigre permet de révéler la couleur.

Un peu d’huile de coude plus tard, j’obtenais cela :

[photopress:carthame.jpg,full,centered]

Dans le sens des aiguilles d’une montre, depuis le haut : coton, lin et soie. Les résultats les plus spectaculaires, chez moi, sont sur le lin, puis sur le coton, et enfin sur la soie. La laine et le mohair ne rendent pour ainsi dire pas les couleurs, ce qui est surprenant. Pour une fois, voici une teinture végétale qui rend mieux sur les fibres cellulosiques. Sachant que le carthame est utilisé en Egypte dès mille ans av. JC, j’imagine la beauté des vêtements de lin, s’ils étaient teints ainsi.

Ce qui est bien sympathique et utiliser de préciser, c’est qu’avec le carthame il n’y a pas besoin de mordancer la fibre (c’est une péparation préliminaire souvent nécessaire, qui créé un pont chimique entre la fibre et la couleur, permettant à celle-ci de se fixer sur la fibre).

J’ai filé le coton et la soie et retordu ensembles :

[photopress:carthamecoton.jpg,full,centered]

Malheureusement le carthame n’est pas très solide à la lumière, je ferais probablement une petite écharpe à sortir pour les grandes occasions.

Ma deuxième expérience fut avec le bois de santal. Dans le sens des aiguilles d’une montre, en haut à gauche, sur de la laine : décoction des copeaux dans l’eau et ajout de soude caustique, macération dans de l’alcool, décoction dans l’eau dans deux bains différents en bas.

[photopress:santal.jpg,full,centered]

Le santal rends mieux lorsqu’il est extrait dans l’alcool (source Dominique Cardon). J’ai utilisé de l’alcool à brûler, et mis des copeaux + juste assez d’alcool pour qu’ils soient immergés, laissé dans un bocal fermé plusieurs jours. Le jus était bien rouge. Je l’ai récupéré, puis dilué avec de l’eau et enfin mis ma laine dans ce mélange, chauffé et voilà. Il vaut mieux faire cela fenêtres ouvertes à cause des vapeurs d’alcool… :drunk_tb:

Puis vint le bois rouge. Ah le bois rouge… avec le Carthame c’est mon préféré pour l’instant, étant donné les coloris intenses que j’ai obtenu.

Tous ces essais ont été faits uniquement avec une décoction de copeaux. La macération dans l’alcool ne donnant pas de meilleurs résultats, je me suis abstenue d’en respirer les vapeurs inutilement.

[photopress:Bois_rouge.jpg,full,centered]

Au centre, soie (mordancée)  sans autres ajouts. En haut au milieu, et dans le sens des aiguilles d’une montre, tous essais sur laine : laine sans ajout (c’est à dire, dans le même bain que la soie, la différence est incroyable !), le beige rosé : ajout de sulfate de fer, le violet-rose : ajout de bicarbonate + sulfate de fer,  le rouge : ajout de soude caustique (la nuance sur la laine avec soude caustique est proche de celle de la soie sans rien), le magenta : ajout de bicarbonate de soude.

Essais avec du rocou :

[photopress:roucou.jpg,full,centered]

A droite, décoction des graines à l’eau, à gauche, ajout en plus de soude caustique pour obtenir un jaune d’or (source Dominique Cardon). La teinture au rocou, comme pour le Carthame, ne nécessite pas de mordançage préalable.

Et puis enfin mes essais récents :

[photopress:tara_rocou_carthame.jpg,full,centered]

À gauche du coton mordancé au Tara avec ajout de sulfate de fer pour obtenir un noir violacé, en haut rocou sur mohair et soie, à droite carthame sur du lin (rhâââ !:wub_tb: ). Le Tara est intéressant car il permet de mordancer le coton, j’y consacrerais d’ailleurs des essais.

Voilà pour mes débuts. Je ne pensais pas obtenir des couleurs si vives, mais je pense que l’eau que j’utilise a son importance. Ici l’eau vient du massif forestier, elle est légèrement acide (elle a d’ailleurs un goût que je n’aime pas trop). Il semble que l’eau douce donne de bien meilleurs résultats que l’eau dure. Il est conseillé, en cas de résultats décevants, d’ajouter un tout petit peu de vinaigre dans l’eau, ou bien d’utiliser de l’eau déminéralisée, de l’eau de pluie ou de l’eau adoucie.

Aussi, quand on parle « teintures végétales » ou « teintures naturelles », on pense tout de suite au côté bio (la santé), et au côté respect de l’environnement. Nombre de sites et d’ouvrages sur le sujet, parlent de mordancer au chrome et à l’étain, qui sont des métaux lourds, dangereux pour la santé, et très nocifs pour l’environnement. Personnellement, ce sont deux produits que je n’utiliserai pas. Si je veux une couleur vive qui tienne dans le temps, j’aime autant utiliser les teintures « chimiques ».

De la soie

Blog en sommeil, je cours toujours après le temps. Mais Sandra est venue toquer à la porte et m’a tirée de ma torpeur bloguesque. :smile1_tb:

Et donc quoi de neuf depuis le 13 août, et bien beaucoup de choses et à la foi peu à dire.

Côté tricot, je reprends mon régime d’hiver et j’ai démarré un nouveau projet, le « Briar Rose Bolero » d’Ysolda. Et j’envisage « Roam » du Rowan 40, pour Cher&tendre. Roam est difficile à décrire, il est classé « Châle » dans Ravelry, en tout cas il a un furieux air médiéval qui m’a tout de suite tapé dans l’oeil, avec sa ceinture et sa capuche. Il se tricote en laine trèèèès grosse, ma mission sera de la filer, vais-je arriver à obtenir quelque chose de suffisamment épais ? :ponder_tb:

Il y a 10 jours avait lieu la 4ème rencontre du forum filage. Cette année elle se déroulait en Bourgogne et nous avons loué une salle pour l’occasion, afin de pouvoir accueillir le plus grand nombre.

[photopress:rencontre_2009.jpg,full,centered]

Montagne d’angora dans la salle voûtée.

Les rencontres sont pour moi un moteur de filage, et je me suis d’ailleurs « jetée » sur la belle nappe aux couleurs « Artichaut » que Zouzou m’a offerte :

[photopress:artichaut.jpg,full,centered]

Un autre filage, un mélange de lin, soie, coton et mérinos, retordu avec un fil de lin :

[photopress:soie_ortie_laine.jpg,full,centered]

Je pense m’en servir en tissage.

Pendant ce temps, j’ai aussi éprouvé une boulimie de fuseau en ayant eu le malheur de rôder un beau jour sur Etsy… et suis tombée en amour de ce superbe fuseau en résine opalescente…

[photopress:fuseau_1.jpg,full,centered]

Cela m’a d’ailleurs donné envie de (re) jouer avec la résine et en particulier les inclusions…

J’ai aussi craqué pour un autre fuseau, avec fusaïole en pierre pour  celui-ci, et que j’attendais impatiemment pour commencer à filer ce que vous voyez sur la photo :

[photopress:araignee.jpg,full,centered]

C’est une fibre d’un genre assez particulier, j’en ai 5 grammes, elle est très fine, très solide, élastique, sa couleur jaune est naturelle, et elle coûte aussi assez chère car plutôt rare et difficile à obtenir. Je voulais filer cette fibre exceptionnelle avec un fuseau, afin d’obtenir un fil le plus fin possible.

Il s’agit de soie… d’araignée.  Marie du forum filage, a eu la gentillesse de nous proposer d’en rapporter de Madagascar. Vous en saurez davantage sur cette fibre en visitant la rubrique « Madagascar » du blog de Marie. Arachnophobe s’abstenir, les bestioles sont inoffensives mais impressionnantes.

Pour finir, un petit clin d’oeil, les cochons sont peureux sauf à la perspective d’un festin (des restes de la rencontre filage, en l’occurence, vive le tri sélectif !)

[photopress:petit_cochon.jpg,full,centered]

Le week-end prochain, se tiendra à Vierzon le show Special Alpagas. J’y serais avec un stand filage, tissage, tricot. L’entrée est gratuite, si vous habitez la région, n’hésitez pas à venir faire connaissance avec ces adorables petits camélidés qui nous fournissent une fibre si douce !

De retour

Le temps file aussi vite que mon rouet n’avale la laine… Pratiquement 1 mois sans mise à jour, je bat des records… d’absence ! :thumbdown_tb:

Les raisons :

La fête médiévale de Semur-en-Auxois, où je faisais une animation filage, tranquille à l’ombre d’un arbre alors que le soleil dardait tous ses rayons  sous une chaleur écrasante :

[photopress:Semur.jpg,full,centered]

Le festival renaissance de Marville, à deux pas de chez moi, et cet amusant anachronisme :

[photopress:marville.jpg,full,centered]

Ce fut l’occasion de revoir Dominique.be (Tricotnordique), et aussi de boire une petite bière Belge dans l’un des plus beaux village de Wallonie, juste à côté :drunk_tb:

Et enfin ce week-end, le Solstice d’été à Bibracte, et une exposition textile au musée. Après une semaine de très mauvais temps digne d’un mois de novembre, samedi le soleil était radieux et j’ai découvert le Morvan sous ses plus beaux atours.

[photopress:beuvrey.jpg,full,centered]

Vue depuis le Mont-Beuvrey (altitude 800 m), à l’emplacement de la ville Gauloise de Bibracte. Nefrice (Tricotnordique et Forum Filage, au centre sur la photo) travaille au musée de Bibracte, et nous a fait visiter le site et le musée ; ce fut vraiment passionnant de découvrir l’histoire de ces gaulois et de cette ville abandonnée. Nous avons clôturé la visite par un repas typiquement gaulois arrosé de cervoise :tongue1_tb:

Alors, niveau tricot, pas grand’chose de neuf, je tricote à la vitesse d’un escargot… enfin voici tout de même le gilet Drops en coton nat de chez Fonty terminé :

[photopress:gilet_drops.jpg,full,centered]

Je rappelle que les couleurs sont celles des fleur de coton, pas de teinture.

Un petit filage pour une future laine à chaussette, un mélange spécial chaussette, 70% mérinos superwash et 30% nylon

[photopress:merinos_chaussette.JPG,full,centered]

Teintures alimentaires (et oui ça tient très bien sur le nylon).

Et puis Cécile, de Belgique, est venue me rendre visite et m’a apporté un peu de toison de ses moutons, de race Est à laine mérinos. L’est à laine mérinos est un mouton typique d’Alsace-Lorraine et des zones limitrophes dont la Belgique et l’Allemagne.

[photopress:dimensions.jpg,full,centered]

C’est un mouton qui a en général une très belle laine, assez fine.

Les mèches de cette toison étant bien distinctes, et longues, j’ai opté pour les peigner, plutôt que pour les carder.

On remplis un peigne :

[photopress:peigne01.jpg,full,centered]

Avec le deuxième peigne, ben on peigne (en fait, on transfert d’un peigne à l’autre), et au bout de deux passages  (transfert sur le peigne mobile, puis sur le peigne fixe), on obtient ce nuage prêt à être filé :

[photopress:peigne02.jpg,full,centered]

Et le fil terminé, avec une aiguille de 2 mm pour l’échelle :

[photopress:fil.jpg,full,centered]

Peigner la laine plutôt que la carder, va permettre de filer un fil beaucoup plus fin, et plus solide. En contrepartie, il sera un peu moins doux et plus dense. Il y a néanmoins beaucoup de déchet au peignage, mais on ne garde que les fibres les plus longues, que l’on aligne parallèlement lors du processus. Le cardage, quant à lui, aère les fibres, et conserve donc toutes les différentes longueurs. L’un ou l’autre processus est à utiliser donc, selon le type de fil fini souhaité.

Bon je vais essayer de faire des mises à jour de mon blog un peu plus rapprochées, bien que c’est la pleine saison des sorties, avec le Festival d’Histoire vivante de Marle dans 15 jours (je ne raterai cela pour rien au monde !) et la fête de la musique la semaine prochaine :jittery_tb: