Indigotier et pastel : teinture à la cuve

Du bleu, du bleu, du bleu, le pastel et l’indigotier sont les incontournables des teintures végétales, pour le bleu solide qu’ils procurent.:king_tb:

Ce sont deux plantes contenant de l’indigotine, un pigment bleu. Le Pastel, Isatis tinctoria, pousse dans toute l’Europe, tandis que l’on ignore l’origine de l’indigotier, indigofera tinctoria, plante des régions chaudes, parce que sa culture est trop ancienne (plus de 4000 ans !).

Je me suis d’abord entraînée à teindre avec l’indigo, avant d’oser essayer le précieux pastel.

Différence de tonalités entre indigo (en haut) et pastel (en bas). De gauche à droite : laine, mohair et soie.

Différentes fibres teintes avec de l’indigo : de gauche à droite coton, bambou et laine en bas. Puis mohair et alpaga au centre. Et enfin soie maubère, soie tussah et lin en haut.

Différentes fibres teintes avec du pastel : à l’extrême gauche, coton. Puis en haut, de gauche à droite : angora, alpaga, ramie (à l’extrême droite). En-dessous de gauche à droite : laine, mohair, soie maubère et protéine de lait (presque blanche, dernier bain de teinture quasimment épuisé).

La méthode de teinture avec l’indigo et le pastel, diffère de celle habituellement utilisée avec les autres teintures végétales. Ce sont des « colorants de cuve », et il n’est pas nécessaire de  mordancer la fibre. L’indigo (c’est à dire le pigment bleu, contenu dans l’indigotier et le pastel), sous sa forme en poudre, n’est pas soluble dans l’eau et ne peut donc imprégner les fibres.
La « cuve » consiste à « réduire » (à rendre soluble) l’indigo dans l’eau, en milieu anaérobie (sans air) et basique. Une fois réduit, l’indigo devient jaunâtre. On parle de  « cuve » parce qu’autrefois, on faisait cette opération dans une cuve en bois ou en émail, et non dans un chaudron en métal. Il n’y a pas besoin de chauffer à plus de 50°C la cuve de teinture. Une fois les fibres imprégnées de la solution d’indigo réduite, l’air en oxydant à nouveau l’indigo, révélera sa couleur bleue.

La procédure de teinture, sans être complexe, nécessite toute de même des précautions car elle fait intervenir des produits agressifs, l’hydrosulfite qui est un « réducteur », et la potasse, une « base ». Il est important de travailler avec des gants et des lunettes de protection, dans une pièce bien aérée.
Cependant, c’est si gratifiant de voir l’indigo, comme par « magie », s’oxyder à l’air et reprendre sa magnifique couleur bleue, que ces mises en garde ne doivent pas vous arrêter pour vous lancer à votre tour dans l’aventure.

Voici en images, la recette de la teinture à la cuve, ici avec du pastel, mais c’est rigoureusement la même chose avec l’indigo, qu’il soit naturel ou de synthèse. Cette méthode est un mix entre plusieurs que j’ai pu trouver dans des livres et sur internet, elle s’appuie essentiellement sur la méthode décrite par Dominique Cardon dans son ouvrage « le monde des teintures naturelles ».

Pour teindre environ 600 à 700 grammes de fibres, vous aurez besoin de :

  • 2 pots en verre avec leur couvercle
  • 1 grand récipient de 5 à 10 litres en émail ou inox
  • 10 grammes d’indigo ou de pastel
  • 10 grammes d’hydrosulfite
  • 20 grammes de carbonate de potassium, ou carbonate de soude
  • un peu d’alcool (à brûler par exemple) pour diluer la poudre
  • de l’eau chauffée à 50°C
  • sans oublier de vous protéger avec des gants et des lunettes, et de travailler dans un local aéré.

Recette :

Dans le premier bocal destiné à la « cuve-mère », diluez 10 grammes de pastel avec un peu d’alcool à brûler. Le mélange doit être bien homogène.
Dans le deuxième bocal rempli d’eau à 50°C (l’eau devra pouvoir remplir le premier bocal, n’en mettez donc pas trop), diluez 20 grammes de carbonate de potasse (versez TOUJOURS le carbonate de potasse dans l’eau, jamais l’inverse) et 10 gramme d’hydrosulfite. Mélangez puis fermez ce bocal et attendez 10 mn le temps que l’hydrosulfite supprime l’air contenu dans l’eau.

Versez ensuite le bocal contenant l’eau additionnée de potasse et d’hydrosulfite, dans le bocal de la « cuve-mère ». Fermez et laissez « agir » la préparation en la maintenant à 50°C. Le pastel va amorcer sa solubilisation dans l’eau…

Pendant ce temps-là, profitez-en pour faire tremper vos fibres, écheveau, tissu… dans de l’eau chaude additionnée de liquide vaisselle, lessive…

Préparez également votre bain de teinture. Remplir le grand récipient d’eau, ajoutez-y un peu d’hydrosulfite, et amenez l’eau à 50°C. Attendre 10 mn que celui-ci ait supprimé l’oxygène. Maintenez la température.

Au bout d’environ 30 mn, le pastel est réduit. Le liquide est devenu jaune-verdâtre, une pellicule s’est formée sur le dessus, et une odeur bien particulière s’en dégage.

Versez doucement tout ou partie de la « cuve-mère » dans le bain de teinture en évitant de faire des bulles. Le liquide doit être jaunâtre et translucide, signe que le pastel (ou l’indigo) est sous sa forme réduite, et donc soluble.

Et c’est là qu’on commence vraiment à s’éclater. Trempez délicatement les fibres humides dans ce bain de teinture en évitant de faire des bulles. Laissez-les patauger et s’imbiber de pastel pendant 5 à 10 mn.

Retirez-les du bain de teinture délicatement, essorez.

Immédiatement, sous l’action de l’air, la couleur passe du jaune au bleu.

Laissez égoutter et admirez la couleur qui vire. Puis rincez dans de l’eau additionnée de vinaigre pour neutraliser l’alcalinité.

Vous pouvez utiliser votre bain plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il soit épuisé et qu’il ne teigne pratiquement plus. Entre chaque fournée, je saupoudre la surface de l’eau d’un peu d’hydrosulfite, pour m’assurer d’avoir toujours un milieu exempt d’air.

C’est comme cela qu’avec 10 grammes de la précieuse poudre de pastel, je me retrouve à la tête d’à peu près 600 gr de fibres teintes dans un bleu divin : mérinos, mohair, soie, coton, alpaga, ramie, angora et même protéines de lait.

C’est un choix délibéré pour moi de teindre en toison. Mais vous pouvez parfaitement teindre de la laine déjà filée, et même du tissu (écharpe en soie, tissu de coton, lin, laine…)

On teint en Europe avec le pastel depuis le néolithique, en Egypte depuis les pharaons. L’indigo, synthétisé en 1878, donne sa couleur aux jeans. Avant l’invention de l’hydrosulfite en 1871, on faisait des cuves d’indigo ou de pastel par fermentation, le processus durait plusieurs jours.

Pendant ce temps-là, profitez-en pour faire tremper vos fibres, écheveau, tissu… dans de l’eau chaude additionnée de liquide vaisselle, lessive…

Préparez également votre « cuve » de teinture. Remplir le grand récipient d’eau, ajoutez-y un peu d’hydrosulfite, et amenez l’eau à 50°C.

43 réflexions au sujet de « Indigotier et pastel : teinture à la cuve »

  1. waouh, Sandrine, de mieux en mieux… on attend les fibres une fois filées.. 😛 😛

    hi hi, j’ai plus d’1 kgs de fibres à filer rien que pour l’indigo et le pastel réunis, et je n’arrête pas de faire des essais de teinture. Va falloir attendre l’hiver au coin du feu 😉

  2. j’ai oublié de te poser la question!! vends tu la laine que tu teinds?

    Pour l’instant non, mais ce n’est pas exclu à l’avenir 🙂

  3. Ah tous ces bleus sont superbes……… ça donne envie de plonger……….. moi qui adore cette couleur je suis servie !!!
    Et surtout merci de partager tout ceci avec nous (tu es toujours autant une tentatrice hors pair !!) :devil_tb: :devil_tb:

    Bonne cuisine !!!

  4. Merci Sandrine pour ces explications et toutes les illustrations en images du processus. Le passage du jaune au bleu est doit effectivement être fascinant à voir.
    L’indigo est venu d’Orient (mais d’où ?) remplacer le pastel en Europe où il faisait la fortune de ceux qui le cultivait dans la plaine du Lauragais (globalement entre Narbonne et Toulouse). Le pastel avait pour nom la cocagne et cette région, devenue très riche grâce à la culture du pastel, portait ainsi le nom de « Pays de Cocagne »…

  5. j’adore teinddre a l’indigo, par cpnttre je n’ai jamais essayé le pastel…. et tu piques ma curiosité, il va falloir que j’approfondisse car les teintes sont vraiment différentes. Tu en vends du pastel?

  6. :clap_tb: Super super j’aime beaucoup te voir jouer les apprentis chimiste et tes expériences sont très intéressante et toi au moins tu met des gants hihihi :jittery_tb:
    Bientot le cardage de toutews ces fibres tu va te régaler aussi à faire de délicieux mélanges…

  7. :clap_tb: Impressionnant ces beaux bleus que tu as obtenus. Bravo pour les résultats. Ça aide beaucoup à comprendre les étapes que tu as suivi, merci pour ce tuto.

  8. Bravo,
    ces photos sont tellement appétissantes !!!
    J’ai une petite question : j’ai acheté il y a un moment du coton teinté en indigo naturel mais lorsque je manipule l’écheveau, mes mains deviennent toutes bleus !!!
    Auriez-vous une astuce pour fixer la teinture ??
    Merci d’avance.

  9. Bonjour, c’est la 1ère fois que je laisse un commentaire sur ce blog que je visite depuis longtemps. Depuis environ 2 ans je m’intéresse à la teinture végétale et c’est la 1ère fois que je vois expliquer à quoi sert l’hydrosulfite. J’ai lu des recettes ailleurs où il faut laisser la cuve fermenter à au moins 24°C mais d’après toi avecl’hydrosulfite ce n’est pas nécessaire. Je ne savais pas qu’il servait à enlever le H de l’H2O. Donc maintenant je comprends mieux.
    A propos du pastel (« woad » en anglais) il y a un site marchand spécialisé dans la teinture avec cette plante.
    Il manque chez nous en France un lexique multilingue qui traduise le nom botanique des plantes dans plusieurs langues car avec internet on est amené à visiter des sites de langues non-françaises.

  10. j’ai testé ce tuto à la lettre hier après-midi, et je suis comblée!!! en fait c’est hyper facile, je m’attendais à galérer beaucoup plus ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de détailler aussi clairement la teinture à l’indigo, je suis accro!

  11. Bonsoir,

    Je reviens voir votre blog, j’ai appris beaucoup de choses, il est passionnant et instructif, que j’aimerais savoir et pouvoir faire ce que vous faites…..

    C’est un univers de couleurs, de matières.
    J’adore le travail artisanal et je trouve que c’est une bonne chose que le filage, le tissage retrouvent leur marque de noblesse.

    Merçi à vous de faire partager vos expériences et votre connaissance.

  12. Bonjour, on est trois filles et notre sujet de TPE est sur la fixation des colorants sur les tissus, et on a choisi l’indigo synthétisé, le bleu pastel ainsi que le bleu patenté V ( un colorant utilisé plutôt dans l’alimentaire ) . On a donc utilisé votre protocole pour colorer nos tissus ( coton et polyester ) et on voulait donc vous remercier car cela nous a beaucoup aidé ! :thumbup_tb:

    Capucine, Anne-Sophie et Anna :smile2_tb:

  13. Bonjour, très jolie couleur… et justement je voudrai savoir si tu peux m’indiquer OU trouver du pastel ?? j’en ai besoin pour des savons et produits cosmétiques home-made, si tu pouvais m’indiquer une source… merci

  14. bonjour,
    merci pour le partage de vos connaissances.
    Que faire si on a trop laissé chauffé la cuve ? qu’elle est l’incidence sur la qualité de la teinte ?

    Il est inutile de faire chauffer au-delà de 50°C, d’une part la réduction fonctionne très bien à 50°C, d’autre part l’hydrosulfite peut être toxique et s’enflammer à de trop fortes températures (je déconseille donc très vivement de dépasser les 50°C). Dans le cas de la teinture à la cuve, chauffer le bain ne sert qu’à la réduction de l’indigo, pas à la teinture proprement dite. C’est l’indigo une fois réduit, qui va pouvoir se fixer sur les fibres.
    Sandrine

  15. Ping : Teintures végétales | Blog Tricofolk

  16. Mille merci pour ce tuto qui m’a encouragé à passer à l’acte ce week-end, et je me suis régalée tout l’après-midi!!! j’ai fait un mix moi aussi de deux méthodes, mais je crois que ma prochaine cuve sera meilleurs en utilisant la votre!
    On peut donc réutiliser la cuve, faut-il chaque fois la réchauffer à 50°c puis verser un peu d’hydrosulfite?
    merci beaucoup pour vos coneils, bonne journée et bonne continuation

  17. bonjour,
    Savez-vous comment fixer ensuite cette teinture ?
    Merci par avance pour vos conseils
    Bien cordialement

    • Elle n’a pas besoin d’être fixée, c’est une des particularités de la teinture à la cuve. L’indigo, lorsqu’il est oxydé, est insoluble donc ne pars plus des fibres.

  18. Bonjour et merci pour cette page très intéressante.

    J’aimerais savoir où me procurer la teinture pastel et tous les ingrédients additionnels.

    Y a-t-il un site où les acheter ?

    Merci d’avance,

    Laurence

    • Bonjour,
      Chez Alysse Créations (j’ai mis le lien aussi dans l’article). Malheureusement, à cause de problèmes de culture, il n’y a plus de pastel disponible en France depuis 2 saisons. La France étant le principal producteur de pastel, il y a donc pénurie, pour une durée indéterminée.

  19. Pour une amie au Pays Bas qui peint de la laine en indigo je cherche un cuve indigo d’ environ 10 litre. Ou on peut acheter un grand cuve étroit avec un panier dedans?

    • Bonjour, tu peux te procurer une cuve inox tous feux, dont induction chez notre grand ami Suedois pour 39,90 euros…désolée pour le retard, peut-être as- tu déjà trouvé ton bonheur…toujours est- il que la teinture indigo est une pure merveille. A tester et à adopter, on ne s’ en lasse pas, ç’ est fabuleux. Tu peux aussi aller sur le site  » colore ton monde  » ( cours avec suzy gallo ) et visiter le plus grand des grands : aboubakar fofana . Il y a aussi Betty de Paris, specialiste de cet art…mais les cours sont chers. pour les fournitures : Michel Garcia ( top ) ou historical fabrics, tres abordable. Indigo, fleur de Chaux, alun et bien d’ autres… Fructose a Monoprix, rayon sucre …voilà ! Beau cadeau pour ton amie!

  20. voila enfin une explication claire, merci beaucoup.
    Je viens de finir ma petite récolte de pastel et si tout se passe bien j’attaquerai la teinture au printemps … 2016 sera BLEU

  21. Bonjour ! Merci beaucoup pour votre tuto que j’ai suivi à la lettre, cependant le « bleu » que j’ai eu n’etais pas aussi foncé qu’espéré. Je recherche un bleu foncé type « hommes bleus » du desert. Je voulais donc savoir si j’augmentais le grammage du pigment j’obtiendrais une couleur plus foncée. En vous remerciant ! Sofia

    • Bonjour,
      Il est possible qu’en augmentant la part d’indigo vous obteniez une couleur plus foncée. Mais vous foncerez aussi votre couleur en faisant plusieurs trempages successifs dans la cuve, en laissant sécher un peu entre chaque passage.

  22. Magnifique, je vais tenter cette expérience, merci de tous ces conseils.
    Bonne année 2017 à toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *