Quelques recettes de crèmes (très) hydratantes

Voici quelques unes de mes compositions, des crèmes très hydratantes par l’ajout de glycérine et d’urée principalement, car ma peau atopique est exigeante. Je ne cherche pas à multiplier les ingrédients car je pars du principe que le plus simple est souvent le plus efficace. Je parfume également très peu mes crèmes, d’une part parce que je ne veux pas risquer de problèmes avec ma peau fragile, d’autre part parce que je trouve qu’il y a une surenchère des odeurs, c’est un peu comme le sucre, plus on en met, plus on en met 😉


Crème visage à la cire de jasmin et à l'huile de chanvre

Crème visage à la cire de jasmin et à l’huile de chanvre

Pour cette crème visage, je voulais utiliser une cire florale, peu importe laquelle, j’avais juste envie d’une vraie belle odeur de fleurs, et d’une crème bien hydratante. J’aime beaucoup l’huile de chanvre, et il me semblait que son odeur se marierait mieux avec le jasmin qu’avec la rose. Pour finir, j’ai aussi ajouté un peu d’ylang-ylang. Il y a peu d’huile mais avec la glycérine, cette crème hydrate correctement ma peau atopique très sèche. L’huile végétale de chanvre étant sensible à la chauffe, je l’ai incorporée à froid.

Il est possible de remplacer la glycérine par de l’eau.

Phase aqueuse :

  • 72 % eau
  • 10 % glycérine (hydratant)

Phase huileuse :

  • 5 % d’Emulsifiant Olivem 1000 (Aroma-Zone)
  • 3% de cire de jasmin

Ajouts :

  • 10% d’huile de chanvre
  • huile essentielle d’ylang-ylang (2 gouttes pour 30 gr de crème)
  • conservateur éventuellement

Faire chauffer séparémment au bain marie la phase aqueuse et la phase huileuse à 70°C environ (quand les cires sont fondues), puis verser doucement la phase aqueuse dans la phase huileuse tout en mélangeant au fouet pendant 3 minutes, puis encore 3 minutes dans un bol d’eau froide. Lorsque la crème est refroidie, ajouter progressivement l’huile de chanvre, bien mélanger, puis les huiles essentielles et le conservateur éventuellement.


Crème visage à l'huile de chanvre

Crème visage à l’huile de chanvre

Une autre crème visage, pour une peau moins sèche que la mienne mais très fragilisée. Toujours à l’huile de chanvre, avec un peu d’hydrolat de menthe, sans parfum, sans conservateur. La menthe se marie très bien avec l’odeur de l’huile de chanvre.

J’ai testé l’émulsifiant coeur de crème, qui permet d’incorporer à froid les huiles et hydrolats fragiles.

Il est possible de remplacer l’hydrolat de menthe par de l’eau.

Phase aqueuse :

  • 37,5 % d’eau

Phase huileuse :

  • 6 % d’émulsifiant coeur de crème (AZ)

Ajouts :

  • 19,10 % d’eau (total 60% de la recette)
  • 18,4 % d’hydrolat de menthe
  • 15 % d’huile de chanvre

Faire chauffer au bain marie ensemble la phase aqueuse avec la phase huileuse, porter à 75°C et émulsifier. Hors du bain-marie, quand le mélange a refroidit, ajouter progressivement l’huile de chanvre, mélanger, puis le restant d’eau et d’hydrolat, toujours en mélangeant. On peut ajouter ensuite un peu de parfum et de conservateur si on le souhaite.


Crème hydratante tout olive

Crème hydratante tout olive

Une crème de corps « tout olive » c’est à dire avec des ingrédients dérivés de l’huile d’olive. L’idée était de tester le squalane. L’huile essentielle de camomille, dont est issu le Bisabolol, est apaisante, et puis j’aime bien son odeur !
Il est possible de remplacer le squalane par de l’huile, l’urée et l’hydrolat par de l’eau.

Phase aqueuse :

  • 40 % d’eau
  • 20% d’hydrolat de menthe
  • 5 % d’urée

Phase huileuse :

  • 5% d’émulsifiant Olivem 100 (AZ)
  • 25% d’huile d’olive
  • 5 % de squalane

Ajouts :

  • Huile essentielle de camomille romaine (3-4 gouttes pour 100 gr)
  • Conservateur, éventuellement

Faire chauffer séparément au bain marie la phase aqueuse sans l’urée et la phase huileuse à 70°C environ. Hors du feu, ajoutez l’urée dans la phase aqueuse, puis verser doucement la phase aqueuse dans la phase huileuse tout en mélangeant au fouet pendant 3 minutes, puis encore 3 minutes dans un bol d’eau froide. Ajouter l’huile essentielle et l’éventuel conservateur.


Lait pour le corps à l'huile d'avocat

Lait pour le corps à l’huile d’avocat

J’avais envie d’un lait de corps, il me reste de l’hydrolat de menthe et pour changer je voulais tester l’huile d’avocat. Pour ma peau sèche, glycérine et urée font des merveilles, avec un peu de Bisalobol pour les tiraillements intempestifs. J’ai parfumé le tout à l’huile essentielle de combawa et lavande.

Il est possible de remplacer la glycérine, l’urée et le Bisabolol par de l’eau.

Phase aqueuse :

  • 41,5 % d’eau
  • 10 % de glycérine
  • 30% d’hydrolat de menthe
  • 3 % d’urée

Phase huileuse :

  • 5 % de cire émulsifiante n°3 (AZ)
  • 10 % d’huile d’avocat

Ajouts :

  • 0,5 % de bisalobol
  • Huile essentielle de combava (3 gouttes pour 100 gr) et de lavande (2 gouttes)

Faire chauffer ensemble au bain marie la phase aqueuse et la phase huileuse à 70°C environ, diluer l’urée dans la phase aqueuse juste avant de faire l’émulsion. Puis verser doucement la phase aqueuse dans la phase huileuse tout en mélangeant au fouet pendant 3 minutes, puis encore 3 minutes dans un bol d’eau froide. Lorsque la crème est refroidie, ajouter le Bisalobol et les huiles essentielles, bien mélanger.

Cosmétiques, un départ

Je ne peux que vous encourager, si l’idée vous tente, de faire vous-même vos crèmes de soin. C’est gratifiant, adapté à nos besoins, on sait ce qu’on y met, et économique. On trouve beaucoup de documentation sur le sujet, sur les blogs et les sites qui vendent les matières premières cosmétiques.

Les ingrédients de base pour faire une crème hydratante par exemple, sont assez simples et mis à part la cire émulsifiante, on a ce qu’il faut dans nos cuisines (cela dit, il est possible de réaliser sa cire émulsifiante soi-même, un truc que je vais essayer !) :
– de l’huile (ou un macérât)
– de l’eau (ou de l’hydrolat)
– une cire émulsifiante, qui va lier la phase huileuse à la phase aqueuse, comme quand on fait une mayonnaise. Il en existe différentes sortes, la plupart permettent une émulsion huile dans eau (les émulsions les plus courantes), d’autres permettent les émulsions eau dans huile (type cold cream, plus rare).

A ces 3 ingrédients de base, on peut rajouter des actifs cosmétiques, des substances qui vont permettre d’hydrater davantage, d’être émollientes, anti-rides etc… et puis éventuellement du parfum (huile essentielle ou autre) et un conservateur.

Pour le choix de l’huile, on trouve de la littérature sur le net. En tout cas j’ai testé l’huile d’amande douce qui n’est pas assez hydratante en l’état pour moi. La cameline, idem. Le macadamia est très bien mais laisse une texture grasse. Par contre un mélange macadamia / amande douce me convient, je n’ai pas testé d’autre mélange car je suis tombée en amour de l’huile de chanvre ! Elle me convient parfaitement : hydratante mais sèche. En plus, sur le plan écologique, c’est une plante facile et peu exigeante, locale, donc à mes yeux elle a toutes les qualités.

Pour l’eau, j’en suis à faire bouillir l’eau du robinet, il ne faut plus me parler d’eau en bouteille (j’élimine tout le plastique chez moi). J’essayerais peut-être un jour les hydrolats.

Au niveau parfum, je reste méfiante et je me contente pour l’instant de parfumer avec quelques gouttes d’huile essentielle. Je stocke ma crème au réfrigérateur, ce qui m’évite d’avoir à utiliser un conservateur. Cela dit, j’en met lorsque je ne suis pas certaine d’utiliser ma crème dans les 15 jours.

Quant à la cire, c’est un peu le nerf de la guerre . La proportion eau/huile va dépendre de la texture recherchée (crème liquide type lait, ou au contraire épaisse et filmogène), on adapte le pourcentage ou le type de cire émulsifiante en fonction du but visé. Les fournisseurs comme Aroma-Zone donnent pleins d’informations précieuses sur les dosages de leurs cires émulsifiantes, n’hésitez pas à bien tout lire au moment de choisir, et ensuite de formuler.

J’ai franchi le pas avec cette recette toute simple, effectivement inratable. Il faut juste veiller à avoir le bon dosage de cire, une cuillère à café, ça dépend de la cuillère, et avec les miennes, 8 grammes c’est plutôt 3 cuillères. L’émulsion prendra, mais le résultat peut être liquide avec trop peu de cire.

Et puis ensuite j’ai sauté à pieds joints dans le chaudron à cosmétique… je crois que je ne suis pas prête à revenir en arrière. Mes premières recettes vont suivre 😉

Les cosmétiques aussi

J’ai toujours été très méfiante avec les cosmétiques en général, avec dans l’idée que moins j’en met et mieux je me porte. Seulement je suis obligée, depuis mon adolescence, de m’hydrater quotidiennement le visage, le corps, les mains avec des crèmes spécifiques qu’on ne trouve qu’en pharmacie. Les crèmes plus courantes, même chères, n’étant pas assez hydratantes pour moi. Les joies de la dermatite atopique et tout ce qui en découle.
Au fil du temps j’avais trouvé un équilibre, trouvé des marques de crèmes qui me convenaient à moi et à ma peau, au demeurant pas sujette à allergie mais tellement sèche.

Et puis j’ai commencé à regarder d’un peu plus près la composition de mes flacons, mmmmh un peu trop d’ingrédients dans tout ça, et ce parfum synthétique, toujours, moi qui m’en serait passée finalement (sauf ma crème visage qui n’en contenait pas, mais des conservateurs très limites). Et puis est-ce bien normal qu’une crème puisse durer des années sans bouger ?

Alors j’ai commencé à choisir une crème dans un magasin bio, parmi le vaste choix. Je déteste chercher quelque chose dans un rayon. On trouve de tout mais jamais quelque chose de simple et d’efficace. J’ai choisi ce qui me semblait le « moins pire ».
C’était déjà mieux, moins de conservateurs, des parfums plus naturels d’huiles essentielles, mais pas suffisamment hydratantes, impossible de se passer de cette crème issue de l’industrie pétrolière, si bon marché, qu’on ne trouve qu’en pharmacie, spéciale « peau atopique » (et là je suppose que tous ceux qui sont comme moi voient de quelle marque je parle !).

Je ne sais pas comment je suis arrivée là mais l’idée d’essayer de faire mes crèmes m’est tout à coup apparue. Cela me permet d’une part de m’affranchir de l’achat de cosmétiques spécifiques, d’autre part de maîtriser éventuellement ce que je met sur mon corps et enfin de choisir mes ingrédients, et pourquoi pas  arriver à faire des formulations qui vont me convenir ?

Bon c’est pas gagné. Une peau atopique, j’avais presque oublié ce que c’était à force. Enfin me voilà à faire des essais, avec la ferme intention de me passer totalement des crèmes du commerce, même bio. Ce que j’arrive quand même à faire depuis un petit mois, car je n’utilise plus que mes crèmes maison, mais parfois avec un petit coup de stress le soir, quand la nouvelle crème laisse la peau qui tiraille, avec les rougeurs qui reviennent au galop.

Crème hydratante

Crème hydratante avec de l’huile végétale de cameline et huile essentielle ylang-ylang

Cela dit je me suis vraiment prise au jeu, et ma première phase de test consiste à essayer diverses cires émulsifiantes (en proportions variables pour tester les textures) et huiles végétales qui conviennent aux peaux sèches : macadamia (c’est très bien), huile d’amande douce (seule elle ne me convient pas du tout, me laisse la peau qui tiraille), chanvre (ça semble super ! mais j’ai raté mon émulsion), cameline (j’ai encore du mal à me prononcer, c’est trop récent). Il faut encore que je teste l’huile d’olive, et sûrement que je vais trouver d’autres huiles, mais je n’ai pas envie de faire trop dans la fantaisie exotique, si possible.

J’essaye d’incorporer des émollients et des agents hydratants, comme la glycérine, l’urée. Le sel a l’air de faire déphaser les crèmes, dommage, il me semble que cela pourrait être intéressant. Le miel est prometteur aussi, mais il fera tourner trop vite mes préparations or je n’ai pas envie de les bourrer de conservateurs. J’ai envie de faire des macérâts huileux avec des plantes comme le calendula, ainsi que de la teinture mère de propolis (j’ai tous les ingrédients, il faut que je m’y mette).

Baume hydratant

Baume hydratant pour les mains, à l’huile de coco, amande douce, cire d’abeille, glycérine, miel et huile essentielle de citron

Je vais aussi sûrement trouver des plantes intéressantes dans mon jardin. Le printemps bat son plein, les paysages sont magnifiques. Les arbres fruitiers sont en fleurs, espérons qu’il ne gèle plus trop fort ni qu’une mauvaise pluie fasse couler les fleurs.

Une partie du jardin au printemps.

Une partie du jardin au printemps.