Autour du coton

Le week-end passé était placé sous le signe du Togo. Je me suis prise à rêver qu’un jour, peut-être… En attendant, c’est le Togo qui est venu à moi, et qui m’a laissé ce souvenir très précieux pour une fileuse passionnée autant par les techniques de filage que par le côté traditionnel du filage :

Le coton a été glané dans les champs (ramassé après la récolte) par une vieille femme togolaise, puis elle l’a filé directement sur ces bâtons de bambou (on dirait ?). L’aiguille pour échelle, fait 3 mm de diamètre, on voit que le fil est très régulier, j’ai encore des progrès à faire pour améliorer ma régularité sur mon rouet de compèt’ occidental… Ces deux fuseaux me font beaucoup réfléchir sur la nécessité d’avoir des outils perfectionnés, car ils sont beaux dans leur simplicité. Je ne sais pas combien de temps il a fallu à cette vieille femme pour filer un seul de ces fuseaux. Ils pèsent environ 120 grammes, le coton n’a pas été cardé avant filage, juste égrainé.

Ma visite venue du Togo m’a aussi laissé du coton égrainé, assez pour que je puisse faire des expérimentations de filage et de teinture. J’aime le coton, l’odeur du coton. C’est une fibre étonnante, qui n’a rien à voir avec le coton hydrophile, blanchi et traité pour absorber l’eau, et qui crisse méchamment aux oreilles et aux doigts. Le coton « brut », tel qu’il sort de sa capsule quand la fleur s’est transformée en graine, est de couleur crème (en fait, un peu comme avec les moutons, on a sélectionné les plants qui donnent du coton crème, car il existe différentes nuances, du crème au beige plus ou moins foncé), doux, chaud au toucher et léger.

Premiers essais de teinture, teinture Dylon universelle et micro-onde.

J’ai tout fait à peu près au pif, dans un pot de yaourt vide, je met environ 1 cuillérée à café bien remplie de sel, un quart de cuillérée à café de teinture (ajuster selon l’intensitée voulue), je remplis le pot d’eau chaude, je mélange bien. Puis je mets mon coton, préalablement lavé et humide, dans un récipient plastique (qui ne sert qu’à ça), la teinture avec, je mélange, je pose le couvercle puis micro-ondes. 2/3 mn plein régime, 5 mn de pose, 2/3 minutes à nouveau plein régime. Je laisse refroidir, je rince et voilà.

Même chose avec ce bambou en ruban, on reste dans les fibres cellulosiques, qui ne se teignent pas toujours avec les mêmes teintures que la laine. Toujours des teintures Dylon universelles au micro-ondes, même recette que ci-dessus :

On change de matière, cette fois c’est un mélange de blue-faced leicester et soie tussah, teinture pour soie :

Je bavais d’envie devant les roux, cuivres et bronze des copines du forum filage, Monique et Florence m’ont donné des trucs pour y arriver, voici mon premier essai mais il ne me plaît que moyennement car je n’ai pas réussi à reproduire ce dont je rêve. Il me faut encore de la pratique.

J’ai commencé à tricoter une paire de chaussette avec mon mélange mérinos/tencel/nylon :

Le talon est en rangs raccourcis à mailles doubles, technique que j’ai pu tester la première fois sur mes chaussettes à perles. Au début, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour arriver à un résultat qui me convenait, maintenant j’ai compris le truc et ça va mieux. Tutoriel en images très bientôt.

Et Celtic Dream ? Il avance, depuis cette photo, un bras lui a poussé.

Le week-end prochain aura lieu le Show spécial Alpagas à Vierzon, l’entrée est gratuite, j’y serais avec un petit stand de filage. Bon week-end à tous !

Le temps passe

Et oui le temps passe, ou plutôt je ne le vois pas passer. J’ai un peu de mal à mettre mon blog à jour ces derniers temps.

Les Whisper Socks sont terminées :

Whisper Socks

Remplacées par les « Pearls » :

C’est amusant de tricoter des perles pour des chaussettes, je pense renouveler l’expérience.

Et puis, j’ai commencé un modèle que j’avais envie de tricoter depuis longtemps, mais que j’avais un peu oublié. C’est arrivé lorsque je me suis mise en tête de chercher de la laine pour tricoter « Central Park Hoodie« , je suis tombée sur de la Shetland Heather de Jamieson’s, coloris Purple Heather »…

… et Celtic Dream vit le jour :wub_tb:

C’est un pull Aran, qui se tricote depuis le haut vers le bas. Il n’y a pour ainsi dire pas de coutures, le modèle est assez addictif. Bien sûr, la couleur n’est pas du tout rendue sur ces deux photos, comme d’habitude avec les fils tweedés.

Côté filage, j’ai terminé de filer « Gaston« , c’est le petit nom du lapin qui donné ces poils :

J’ai obtenu 500 mètres environ, pour 70 grammes, je suis vraiment contente d’avoir un tel métrage car je ne serais pas limitée dans le choix d’un modèle de châle.

Et puis, voici ce que donne le mérinos/tencel/nylon une fois filé :

Retors 3 brins. J’aime beaucoup le mélange avec le tencel, ça donne beaucoup de brillance, et je pense que cela renforcera également la solidité des chaussettes. Chaussettes qui sont déjà sur mes aiguilles mais que je vous les montrerais la prochaine fois. J’essayerais de laisser passer moins de temps jusqu’à la prochaine mise à jour… :rolleyes_tb:

Et encore une de finie !

Non non, je ne fais pas exprès de terminer un ouvrage à chaque mise à jour de mon blog (à ce train-là, mes armoires déjà bien remplies ne s’en remettraient pas – Cher&Tendre non plus d’ailleurs, vu que c’est le concepteur des armoires :happy_tb: ). Mais bon, je vous présente quand même Chinese Red Vest, issu de Folk Vest :

Chinese red vest

Photo de détail ici.

Bon la photo rend la couleur plus vive qu’elle n’est en réalité (un joli bourgogne, Fonty a le don pour les couleurs rouges, jamais vu d’aussi beaux rouges que chez eux). Donc, pure laine « Ambiance » de chez Fonty, il m’a fallu 6 pelotes pour faire cette veste, aiguilles 3 et 3,5 mm.

J’ai pas « vraiment » commencé de nouvel en-cours, je m’occupe les aiguilles avec une petite paire de chaussette, « whisper lace sock » (modèle gratuit) de Rachel Hawskley :

En « Seacoast Handpainted Superwash Sock » coloris « Ashes and roses ». Après, je pense enchaîner sur une autre paire de chaussette, pas encore décidée sur le modèle (enfin si, le modèle oui mais pas la couleur).

Dans la série « goûts de luxe », du yak couleur brun clair :

Le yak est un bovidé qui donne un sous-poil particulièrement fin et doux (mais aussi très court !), c’est un vrai bonheur à filer mais aussi difficile, à cause de la longueur des poils (1 cm au bas mot). Je le file tel quel, sans l’avoir cardé. C’est doux, chaud et gonflant, je n’ai pas idée du métrage que j’obtiendrais, mais j’aimerais pouvoir en tricoter un châle.

Et puis, tout chaud sorti de ma cardeuse tout à l’heure, un mélange mérinos/tencel/nylon, pour un fil à chaussette doux, chaud et solide (enfin j’espère !) :

J’ai aussi terminé de filer de l’angora qui est présentement en train de sécher et que je vous montrerai donc la prochaine fois. Mon rouet est libre pour démarrer le challenge du fil le plus long, organisé par la dynamique Kty sur le forum du filage :clap_tb:

Le principe : on choisi tous la même fibre, 20 grammes, et le but du jeu est d’en faire un fil, le plus long possible… C’est sûr qu’on a tous un petit grain de folie sur ce forum , mais je suis quand même curieuse de savoir ce qu’on peut obtenir comme longueur avec 20 grammes !:jittery_tb:

Toujours sur le forum, comme l’année dernière on a organisé un échange d’écheveau, cette fois c’est la pétulante Elo qui a rondement mené cela.

Voici ce que ma marraine Loutre m’a envoyé :

Une superbe écharpe, et un écheveau composé d’un brin de Gotland avec glitz, et un brin de mérinos et soie. Echarpe et écheveau sont d’une couleur dont je raffole :wub_tb:

Ma filleule était Soleil, et je lui ai filé un mélange falkland/alpaga/soie tussah avec un chouilla de glitz, teintures alimentaires :

Bien, je m’en vais faire les échauffements nécessaires au pédalage intensif requis pour le filage du fil le plus long… :wink1_tb: