C’est la faute à Batilou !

:jittery_tb:

Ben oui, depuis que j’ai vu sa version de « Polar Chullo » j’ai eu le déclic et l’envie d’en faire un rose aussi (sauf qu’ici, le rose n’est pas forcément pour les filles, j’ai un spécimen, assez rare, de garçon rose qui a accueilli son chullo visiblement avec plaisir:tongue1_tb: ). Le modèle original ne m’avait pas tant emballé, car je le trouve un peu « terne » à mon goût.

N’ayant donc pas là, maintenant, tout de suite, les couleurs adéquates déjà filées, j’ai fait mon propre fil.

En bas au milieu, Shetland coloris moorit, puis à droite Blue-Faced Leicester (BFL) coloris oatmeal, Shetland coloris naturel, et deux mélanges de shetland, BFL et mérinos coloré, pour les deux tonalités de rose. Pour information, Shetland, BFL et mérinos, sont 3 races de moutons, et donc correspondent à 3 types de fibres bien différents. Le Shetland est un peu rèche et très gonflant, le BFL long, lourd et soyeux, le mérinos, fin, assez court et doux.

Je voulais me rapprocher le plus possible des fils Shetlands style Jamieson of Shetland, c’est pourquoi je n’ai pas utilisé des couleurs « pures » pour mes deux tons de rose, et que j’ai volontairement choisi des couleurs naturelles pour les autres. Les fils de chez Jamieson, qui sont utilisés pour les Fair-Isle, sont en effet tweedés, c’est à dire que les couleurs sont obtenues par mélange de plusieurs coloris, comme je l’explique sur ce billet. C’est ce qui fait à mon avis, le charme des ouvrages tricotés en fil tweedé (les Fair-Isle par exemple), parce que leur couleur est difficile à définir, et qu’elle peut changer selon la luminosité.

Voilà le résultat une fois filé :

Cela m’a pris peu de temps, c’est agréable de filer de toutes petites quantités de fil. J’ai peigné mes couleurs pour obtenir mes deux tons de rose, plutôt que cardé, cela change un peu l’aspect du fil, qui est plus « sec » de cette manière.

Et au bout que 10 jours, le chullo terminé :

J’ai pris beaucoup de plaisir à le tricoter, j’ai dû serrer encore plus que préconisé (aiguilles 2,5 mm au lieu de 3 habituellement pour ce type de laine), car mon fil était un chouilla plus épais que l’original. Le chullo est donc également légèrement plus large, mais c’est parfait pour la tête de mon Cher&tendre.

Si je devais le refaire, j’ajouterais une touche de Shetland noir dans le moorit, parce que je trouve que le contraste en le moorit et le oatmeal n’est pas assez fort. Les ours sont ce qui me plaisaient dans ce chullo, ils sont bien mis en valeur par les couleurs.

C’est un ouvrage relativement long à tricoter contrairement aux habituels bibis, du fait des aiguilles 2,5 mm, du jacquard qui ressert le tricot, et du fil fin. Pratiquement 200 mailles sur les aiguilles, c’est presque un demi-pan de pull.

J’avais un tricot en cours au fond de mon sac depuis déjà quelques temps, Gisèle, que j’ai ressorti et pratiquement terminé (reste les bords des manches à tricoter) :

C’est un top-down, et je trouve que la bordure n’empêche pas le tricot de gondoler, ce qui me chagrine un peu. J’espère que cela va s’arranger au blocage. Ce modèle se décline en plusieurs versions, j’ai opté pour la version avec les bordures et l’empiècement au crochet. Ce n’est pas évident d’arriver à assembler les deux pans, car il faut tomber pile-poil au niveau des picots au crochet. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois, et du coup j’ai un peu remis ce tricot en sommeil (mais vu les beaux jours qui arrivent, il ne devrait pas hiberner trop longtemps).

Et puis le petit dernier sur les aiguilles, coup de coeur pour Fireside, un cardigan Aran avec col châle, disponible sur Ravelry.

Il monte à toute vitesse ! Voici le devant :

Et le dos :

Fil utilisé : Jamieson of Shetland Aran, aiguilles 5 mm (au lieu de 6 préconisée).
Me reste plus que les manches à tricoter.

Et enfin, une expérience que j’ai tenté, celle de tricoter directement des « mouchoirs de soie », c’est à dire des carrés de soie non filé, que j’ai tout simplement étiré puis tricoté :

J’ai teint les carrés avant de les étirer. Le tricot a un aspect très souple et très soyeux, cela semble relativement solide (bon je ne pense pas que cette technique puisse s’utiliser pour un pull). Prochaine expérience, les mêmes carrés mais tissés, et puis plus tard, de la fibre de mouton juste étirée et tricotée (à la manière des châles islandais).

Je parlais de ma nouvelle liseuse dans mon billet précédent, après 1 mois d’utilisation, j’en suis toujours aussi ravie. Du moment que l’on peut trouver des livres  qui ne possèdent pas ces fichus DRM (gestion des droits numériques), on peut garder les ouvrages sur la liseuse indéfiniment, les lire et les relire, les imprimer, les prêter etc…
Hélàs, les éditeurs marchent dans les pas des majors et font donc les mêmes erreurs qu’eux. Là où les majors retirent les DRM sur leurs MP3 parce que c’est un échec commercial, les éditeurs en mettent dans leurs e-books (e-books qu’ils n’éditent qu’à reculons, en France).

J’ai mis un petit temps à m’adapter au changement de support de mes lectures, passer d’un livre-papier à une liseuse électronique ; la première fois j’ai eu un peu de mal à « entrer dans l’histoire » mais au bout de quelques jours je me suis complètement adaptée. Cela ne me manque absolument pas de tourner les pages d’un livre, au contraire. Je peux me blottir dans mes draps le soir, et ne pas faire de courants d’air quand je tourne les pages… :rolleyes_tb:

Le cercle des fées

J’ai eu un très gros coup de coeur pour Faery Ring de Mary Scott Huff lorsque je l’ai vu sur Ravelry.

Tout de suite, j’ai eu envie de le tricoter en laine filée main…

Blue Faced Leicester coloris naturel Oatmeal, fibre et fil.

J’ai commencé à filer la laine, et puis j’ai commencé à tricoter mon « cercle des fées » lorsque le premier écheveau est tombé du rouet.

La frise du bas se tricote transversalement, puis on remonte des mailles pour la bordure, et le coprs.

La vraie couleur est difficile à rendre, c’est un gris-beige, avec des nuances plus ou moins foncées.

Je file et je tricote au fur et à mesure. J’aime bien, cela me permet de varier les activité, et me donne la motivation pour filer la laine de mon projet.

Il est important de laver la laine filée, avant de la tricoter, crocheter, tisser… Elle prends en effet tout son gonflant une fois lavée.
Voici deux écheveaux qui me servent pour Faery Ring. Celui de droite n’a pas encore été lavé, celui de gauche, si. J’avais utilisé le même mandrin pour mettre en écheveau et donc ils doivent tous deux faire la même longueur.

L’écheveau une fois lavé, a gagné en gonflant (il a donc rétréci), il est aussi devenu plus élastique.

Un détail, en haut laine non-lavée, en bas laine lavée.

Le fil s’est épanoui, il est devenu comme « perlé », pour reprendre l’expression de Marie-Claire une fileuse.

Ragna avance, un peu moins vite cependant, mais j’arrive à l’encolure du devant :

J’ai terminé mon tissage ondulé :

Le voici en détail :

La vraie couleur se situe parfaitement entre ces deux dernières photos.

De retour

Oups, un mois sans poster, je bat des records de silence…

Silencieuse sur mon blog mais pas dans mes activités.

Tout d’abord, le cardigan en laine filée main alpaga et soie, est terminé :

Modèle dans « Poetry in stitches ». J’ai beaucoup aimé tricoter le point mousse transversalement, expérience à renouveler. Je suis très satisfaite du résultat, j’espère que la laine tiendra l’usure. Le col et les manches en fourrure, sont amovibles, et doublés de satin de soie entoilé, que j’ai cousu à la main.

Après ce cardigan, j’ai commencé « Ragna » d’Elsebeth Lavold dans « Vicking pattern ». Malheureusement, la photo est pitoyable :unsure_tb:

Laine Trachtenwolle de Schachenmayr. Ragna sera pour mon Cher&tendre, bien qu’initialement j’avais l’intention de le tricoter pour moi. Bien m’en a pris de le faire pour lui, car le modèle, immmmmmmense, conviendra mieux à sa corpulence qu’à la mienne…

Côté tissage, je continue de m’amuser. J’ai fait une étole toute simple (armure sergé), en Shangaï (mohair et soie bouclette) de chez Fonty :

Et puis j’avais envie de passer à la vitesse supérieure et faire des choses un peu plus complexes, voici le tissage suivant sur le métier :

Cette fois-ci c’est de la Velourine (coton et viscose) de chez Fonty. Armure sur 8 cadres.

Niveau filage, Lucile lors de sa dernière venue, m’avait offert deux rubans de fibres de chez Fleece Artist. Je me suis empressée de les filer. Et donc voici le premier, mélange de laine et soie :

Je l’ai filé très fin, il y a un peu plus de 400 mètres pour 50 grammes. Retors deux brins, assez câblé comme je le souhaitais.

Et puis le deuxième en pure laine Blue Faced Leicester en bas, et laine et soie encore, en haut.

Celui en pure laine mesure autour de 300 mètres pour 50 grammes. Il est très facile de faire des fils fins lorsqu’ils contiennent de la soie ou sont en soie pure, il est un peu plus difficile de faire si fin uniquement en laine, à moins d’avoir du mérinos ultra-fin. J’aime beaucoup cette couleur violette avec du vert pâle.

Dans le courant du mois de janvier, avec Dominique.be nous avons fêtés nos anniversaire (3 janviéristes) et sommes allés dans un nouveau lieu de perdition belge pas très loin de chez moi en plus, la Filandière. De la laine Rowan, Debbie Bliss entr’autres, des matières naturelles nobles, et aussi… de la laine mèche pour le feutre, mais qui se file très bien. Je vous montrerais ça une prochaine fois.