De la soie

Blog en sommeil, je cours toujours après le temps. Mais Sandra est venue toquer à la porte et m’a tirée de ma torpeur bloguesque. :smile1_tb:

Et donc quoi de neuf depuis le 13 août, et bien beaucoup de choses et à la foi peu à dire.

Côté tricot, je reprends mon régime d’hiver et j’ai démarré un nouveau projet, le « Briar Rose Bolero » d’Ysolda. Et j’envisage « Roam » du Rowan 40, pour Cher&tendre. Roam est difficile à décrire, il est classé « Châle » dans Ravelry, en tout cas il a un furieux air médiéval qui m’a tout de suite tapé dans l’oeil, avec sa ceinture et sa capuche. Il se tricote en laine trèèèès grosse, ma mission sera de la filer, vais-je arriver à obtenir quelque chose de suffisamment épais ? :ponder_tb:

Il y a 10 jours avait lieu la 4ème rencontre du forum filage. Cette année elle se déroulait en Bourgogne et nous avons loué une salle pour l’occasion, afin de pouvoir accueillir le plus grand nombre.

[photopress:rencontre_2009.jpg,full,centered]

Montagne d’angora dans la salle voûtée.

Les rencontres sont pour moi un moteur de filage, et je me suis d’ailleurs « jetée » sur la belle nappe aux couleurs « Artichaut » que Zouzou m’a offerte :

[photopress:artichaut.jpg,full,centered]

Un autre filage, un mélange de lin, soie, coton et mérinos, retordu avec un fil de lin :

[photopress:soie_ortie_laine.jpg,full,centered]

Je pense m’en servir en tissage.

Pendant ce temps, j’ai aussi éprouvé une boulimie de fuseau en ayant eu le malheur de rôder un beau jour sur Etsy… et suis tombée en amour de ce superbe fuseau en résine opalescente…

[photopress:fuseau_1.jpg,full,centered]

Cela m’a d’ailleurs donné envie de (re) jouer avec la résine et en particulier les inclusions…

J’ai aussi craqué pour un autre fuseau, avec fusaïole en pierre pour  celui-ci, et que j’attendais impatiemment pour commencer à filer ce que vous voyez sur la photo :

[photopress:araignee.jpg,full,centered]

C’est une fibre d’un genre assez particulier, j’en ai 5 grammes, elle est très fine, très solide, élastique, sa couleur jaune est naturelle, et elle coûte aussi assez chère car plutôt rare et difficile à obtenir. Je voulais filer cette fibre exceptionnelle avec un fuseau, afin d’obtenir un fil le plus fin possible.

Il s’agit de soie… d’araignée.  Marie du forum filage, a eu la gentillesse de nous proposer d’en rapporter de Madagascar. Vous en saurez davantage sur cette fibre en visitant la rubrique « Madagascar » du blog de Marie. Arachnophobe s’abstenir, les bestioles sont inoffensives mais impressionnantes.

Pour finir, un petit clin d’oeil, les cochons sont peureux sauf à la perspective d’un festin (des restes de la rencontre filage, en l’occurence, vive le tri sélectif !)

[photopress:petit_cochon.jpg,full,centered]

Le week-end prochain, se tiendra à Vierzon le show Special Alpagas. J’y serais avec un stand filage, tissage, tricot. L’entrée est gratuite, si vous habitez la région, n’hésitez pas à venir faire connaissance avec ces adorables petits camélidés qui nous fournissent une fibre si douce !

Les voyages….

… forment la jeunesse, il paraît. Bien que je ne sois plus de la toute première jeunesse… :rolleyes_tb:

Vierzon, initiation tonte et filage spécial alpagas, le 1er et 2 mai, dans le cadre de l’association « alpaga développement« . J’animais donc la partie initiation filage. Et j’ai trouvé très instructif la partie tonte, et le fait aussi de réunir fileurs et éleveurs. Les fileurs se rendent compte de la difficulté de l’élevage, de ses impératifs. Et les éleveurs sont sensibilisés aux bonnes conditions de récolte de la fibre lors de la tonte.

J’avais déjà assisté à la tonte de mouton, et à la tonte de chèvres angora. C’était la première fois que je voyais la tonte d’alpagas.

Comme ce sont des animaux assez grands et craintifs, pour ne pas qu’ils se fassent mal ou blessent le tondeur, on les entrave. Certains tondeurs laissent les animaux debout, mais apparemment, ils sont davantage stressés.

La tonte dure environ 12 mintures.  Le tondeur (ici, une femme) commence par tondre la première moitié de l’animal, en séparant qualité 1 (la meilleure, le dos et les flancs), et 2 (le cou, le haut des pattes). Et soit il laisse la qualité 3 sur l’animal (comme ici, le bas des pattes), soit elle est mise à part pour être feutrée, car elle est trop courte et rêche pour le filage.

Durant ce week-end, j’ai pu approcher des alpagas qui ne sont pas si farouches que cela :

Un alpaga de couleur « bay black » qui se repose au soleil après avoir été tondu.

La récolte des toisons :

Il existe environ 22 couleurs naturelles d’alpaga, allant du noir profond (true black), au blanc pur, en passant par des beiges, brun, gris…

Puis une semaine plus tard, nous partons direction le sud,  chez Joëlle et Pascal dans les Cévennes. Ah les Cévennes, je crois que je suis tout doucement en train de m’attacher à cette région qui me rappelle beaucoup mon bord de lac Léman natal…

[photopress:sandrine_anes.jpg,full,centered]

Pascal a attelé l’un de ses ânes pour labourer son jardin.

[photopress:labour01.jpg,full,centered]

Melchior semble avoir fait ça toute sa vie !

[photopress:labour.jpg,full,centered]

J’ai trouvé ça assez génial de pouvoir labourer grâce à un âne. Donc je résume, quand je serais grande j’aurais des alpagas, et des ânes… :doh_tb:

Sinon, pour Digitale, qui me demandait ce que mes plants de coton donnaient : ils poussent, mais n’ont pas tellement aimé se faire repiquer car ils stagnent un peu. Photos plus tard, pour l’instant, je suis encore sur le départ…

Avec tout ça, ben pas beaucoup de tricot ni de filage !

Entre deux…

Rentrée lundi du premier stage filage que j’ai animé à Semur-en-Auxois, je repars demain animer un autre stage à Vierzon… Autant dire que c’est la course ! :shock_tb:

Ce fut également la course pour être prêt à temps pour le stage du 25 et 26 avril. L’atelier où il devait avoir lieu  n’était pas complètement terminé d’être rénové, malgré que Jeff y travaillait depuis plus d’un mois. Il faut dire que les travaux n’étaient pas prévus si tôt.

Nous avons loué un camion pour apporter un couple de chèvres angora, en provenance de l’élevage de Marylène, qui habite près de chez nous :

Biquettes

Ce qui nous permet d’avoir désormais les principaux représentants des animaux à fibre : alpagas, différentes races de moutons (laine), des chèvres angora (mohair), et des lapins angora.

Lorsque les chèvres sont arrivées, les autres animaux ont été très curieux :

Mais au final leur acclimatation s’est bien passée.

L’atelier rénové où se déroulera désormais les stages, est une pièce magnifique, très lumineuse avec une grande verrière. A l’origine c’était l’atelier de ferronnier du grand-père de Jeff.

Atelier

Je verrais bien des plants de coton en pot devant la verrière 😉

Situé en plein centre-ville de Semur, on y accède par un petit chemin fleuri dans une arrière-cour :

Et pourtant, on a l’impression d’être en pleine campagne :

Tout le matériel était prêt :

Au programme du stage, une visite aux animaux, et épilation d’un petit lapin, en vue de filer la poignée de poil obtenue :

Et bien sûr, cardage, peignage et filage :

Le tout agrémenté de repas mitonnés par Cher&tendre et Jeff :wub_tb:

Si vous voulez voir d’autres photos de ce stage, rendez-vous sur mon site dédié ici. Le prochain stage aura lieu le 6 et 7 juin prochain.

Le 1er et 2 mai prochain, j’anime bénévolement un stage filage spécial « alpagas », pour l’association « Alpaga Développement« . Au menu du stage, filage de l’alpaga, et démonstration de tonte des animaux, car le stage a lieu à l’occasion du passage du tondeur spécialisé dans les alpagas chez Marie-Geneviève, présidente de l’association.

Donc, je retourne à mes valises car le départ est prévu pour demain.