Serviettes et tapis

Je ne suis pas des plus régulières dans la mise à jour de mon blog :blush_tb: .Pourtant je tisse. Pas forcément beaucoup, mais depuis le dernier billet à ce sujet ici, j’ai quand même quelques photos à vous montrer !

J’ai vraiment pris la décision de remplacer tout le linge de maison par mes propres tissages. Jusqu’ici je réalisais beaucoup de torchons, mais pas du tout de serviettes de table. Je pallie donc à ce manque. Voici une première série, j’ai utilisé un bref de Mary Meig Atwater dans son ouvrage « Recipe Book, patterns for Handweavers » disponible en téléchargement gratuit ici.

Serviettes de table d'après Mary Meigs Atwater

Serviettes de table d’après Mary Meigs Atwater

Pour ces serviettes j’ai utilisé du cotolin à 9 fils au cm, sur 4 cadres.

Une autre série de serviettes, toujours en cotolin, dont j’aime beaucoup le toucher et le rendu.

Serviettes de table

Serviettes de table

Toujours 9 fils au cm et 4 cadres.Il faudra qu’un de ces jours je vous parle de mon « nouveau » métier à 4 cadres (nouveau depuis cet été, mais décidément j’ai beaucoup de mal à tenir mon blog à jour).

Dans le même ordre d’idée, nous avons également décidé de nous passer d’éponge. Il fallait donc trouver des remplaçants. Voici de nouveaux linges à vaisselle :

Lavettes en chanvre

Lavettes en chanvre, modèle ici.

J’ai utilisé du fil de chanvre, 9 fils au cm, et une armure « nid d’abeille » sur 4 cadres, pour avoir un coté plus épais et absorbant. Le modèle est ici, si vous avez envie de vous lancer.

Un ensemble essuie-main et lavette de table en nid d’abeille en coton bio, réalisé sur 4 cadres :

Ensemble en nid d'abeille

Ensemble en nid d’abeille

Me voilà pourvue en tout ce qu’il faut pour essuyer et laver 😉

Me reste à tisser des tapis, pour remplacer un peu tout ceux de la maison. D’abord, celui qui sera devant l’évier de la cuisine :

Tapis en reps de chaîne

Tapis en reps de chaîne

Il s’agit d’un type de tissage nouveau pour moi, le reps de chaîne. L’idée est que la chaîne masque totalement ou presque la trame, cela signifie une forte densité en chaîne. C’est ce qui jusqu’ici m’avait toujours arrêté. Pourtant le résultat est vraiment magnifique. Ce qui m’a fait longtemps cogiter également c’est le fait d’utiliser une trame très épaisse (c’est elle qui donne cette effet côtelé, en alternance avec une trame fine). Autant aux US on trouve vraiment un large choix de fils de tissage facilement, autant en Europe c’est tout de suite plus compliqué. Finalement dans un livre (anglais bien sûr…) j’ai trouvé la solution : utiliser plusieurs brins du fil utilisé pour la chaîne. Ici 10 brins de fil de chaine forment ma trame.

Détail du tapis en reps de chaîne

Détail du tapis en reps de chaîne

Toujours 4 cadres, mais il me fallait mon plus grand métier car il faut tasser fort. Je suis tombée en amour du reps de chaîne et je prévois d’autres tapis dans cette technique, finalement assez simple et rapide à réaliser malgré les 660 fils de chaîne que j’ai dû enfiler !

La suite sera pour un prochain billet !

Tissage réseau

Le tissage réseau est un concept mathématique développé en 1938 par deux mathématiciens francophones. Leur livre, « un aspect mathématique du tissage à lame« , inconnu ou pratiquement des tisserands français, a inspiré des tisserandes américaines de talent dont Alice Schlein, qui ont analysé et appliqué ce concept à nos métier à tisser modernes. Elle en a d’ailleurs consacré un livre.

Le principe, très simplifié, consiste à dessiner une ligne puis à la reporter sur un « réseau » qui peut être à base de sergé ou de satin. Le résultat donne des formes courbes (ce qui n’est pas courant en tissage), qui ne sont pas sans rappeler la nature. J’ai tout de suite été fascinée. Malheureusement, si ce concept est peu connu des francophones, le fait qu’il faille un métier avec 16 ou davantage de cadres pour exprimer le potentiel de cette technique n’est pas étranger. Bien qu’on peut déjà réaliser de belles choses avec 8 cadres.

S’il est possible de développer un bref avec cette technique sans passer par l’informatique ou par un logiciel spécialisé (en s’aidant d’un éditeur d’image comme Gimp), cela aide grandement à la découverte et à l’élaboration du bref. J’ai choisi Pixieloom pour mes brefs, que j’émule sur mon système Debian.

Voici donc mes premières réalisations avec cette technique, sur mon métier à ratière 24 cadres, avec des brefs que j’ai créés.

Le premier tissage réseau que j’ai réalisé a été deux écharpes partageant le même enfilage mais un attachage et un marchage différent.

Tissage network sergé brisé

Tissage network sergé brisé

Une écharpe en sergé brisé.

Echarpe sergé

Echarpe sergé

La variante en sergé composé (même enfilage mais attachage et marchage différent).

Echarpe sergé

Echarpe sergé

Mon deuxième essai a été de découvrir le tissage réseau mis en écho (Marian Stubenitsky a consacré un ouvrage à cette technique). Cette variante donne l’impression de tisser avec beaucoup de couleurs, là où il y en a peu. Par exemple pour l’écharpe qui suit, seulement 3 couleurs ont été utilisées : bleu et violet en chaîne, orange en trame.

Tissage écho

Tissage écho

Selon l’angle de vue en cours de tissage, la trame ou la chaîne domine, créant des effets de moiré étonnants.

Tissage écho

Tissage écho

L’écharpe terminé, seulement 3 couleurs utilisées là où on en verrait plutôt 4.

Tissage écho

Echarpe en écho

Détail recto et verso :

Tissage écho

Détail de l’écharpe

Le bref que j’ai créé :

Bref de l'écharpe

Bref de l’écharpe

Une variante, avec un marchage différent et du rouge comme couleur de trame.

Tissage écho

Variante (marchage différent)

Après avoir joué avec le sergé, j’ai eu envie de jouer avec le satin. Mon essai suivant a été de transposer une ligne sur un réseau en satin de 8. 18 fils au cm.

Echarpe en satin de 8

Echarpe en satin de 8

La même chaîne (enfilage identique) avec un mix de satin de 8 et armure toile :

Echarpe en satin de 8

Echarpe en satin de 8

Et enfin à ce jour, mon tissage en cours sur mon dobby c’est encore un tissage réseau, mais cette fois j’ai repris un motif que j’ai transformé :

Lunes et étoiles, verso

Lunes et étoiles, verso

L’avantage de cette méthode est qu’on n’a pas besoin de se soucier des flottés, inévitables avec les motifs. En revanche le rendu est « flouté ».

Lunes et étoiles, recto

Lunes et étoiles, recto

Le tissage actuel, même chaîne que précédemment, mais avec des dragons (assez difficile à discerner, surtout avec ce rouge vif) :

Dragons

Dragons

Parallèlement, sur mon métier 8 cadres j’ai tissé un modèle de Marian Stubenitsky disponible gratuitement chez Weaving Today, une autre forme de tissage en réseau :

Network 8 cadres

Network 8 cadres

Deux marchages différents pour deux résultats différents :

Network 8 cadres

Network 8 cadres

La pièce entière :

Network 8 cadres

Network 8 cadres

Je n’ai expérimenté qu’une infime partie des possibilités que ce concept permet. Les facteurs qui influencent le rendu sont multiples, densité du tissage, choix des couleurs, attachage des cadres… Encore des heures de découverte en perspective 🙂

A l’atelier

Sur le métier à ratière, la série d’écharpes en soie se termine…

Tissage en cours

Tissage en cours

L’écharpe terminée, motif création personnelle à partir d’une image clipart et de logiciels libres (The Gimp et Db-Weave). Il s’agit d’une feuille d’érable en sergé 2/2 sur fond de satin 4/1. Soie en chaîne et trame, 24 cadres et 16 fils au cm, l’un des tissages les plus fins que j’ai réalisé jusqu’ici.

Echarpe en soie, motif perso

Echarpe en soie, motif perso

Une autre écharpe sur la même chaîne, motif trouvé sur handweaving.net, armure satin :

Echarpe en soie

Echarpe en soie

Paradoxalement, j’aime tisser des choses simples sur mon métier Saori à deux cadres.

Chaîne

Chaîne

J’ai doublé le nombre de lisses sur ce petit métier, ce qui me permet d’aller jusqu’à 10 fils au cm en pleine largeur, c’est très bien pour un tissu fin destiné à un vêtement, cela m’ouvre des perspectives (plus le temps passe et plus j’aime les tissages fins).

Armure toile

Armure toile

Un autre tissu sur le même métier, et qui sera lui aussi destiné à un vêtement, coton en couleurs naturelles (les nuances sont subtiles on les distingue mal) :

Toile pour pantalon ou chemisier

Toile pour pantalon ou chemisier

Dans mon bureau, il me reste mon David 8 cadres sur lequel j’ai démarré un tissage « echo »  :

Echo sur 8 cadres

Echo sur 8 cadres

Mais je dois dire que je suis plus assidûe sur mon Dobby, la nouvelle chaîne, toujours 24 cadres, un tissage « network » création personnelle :

Network sur 24 cadres

Network sur 24 cadres