Petits ouvrages

Je suis dans une période de petits ouvrages, faciles et rapides à faire, qui mettraient en valeur mes laines filées main. Le soir, après une journée à toucher du php, du css et du phtml, je n’ai guère l’envie de réfléchir sur mon tricot… cela fait déjà plusieurs mois que je travaille à la refonte d’un site web, j’espère bien que ce site sera en ligne d’ici la fin de l’année. C’est pourquoi je met les bouchées doubles, c’est la raison pour laquelle aussi je suis rare sur mon blog et que j’ai du mal à répondre à vos emails.

Petits ouvrages et choses faciles donc. Et laines filées main. Voilà ce que vous verrez dans ce billet.

D’abord les filages. Il y a quelques temps, suite à une discussion sur le forum du filage, j’ai eu envie d’essayer le retors câblé. Le retors câblé consiste à filer 4 fils (des célibataires), puis à les retordre deux par deux, et enfin de retordre ces deux paires ensembles.

J’avais à ce moment-là sur mes bobines du ouessant de couleur noisette, je me suis dite que c’était le moment.

[photopress:Ouessant.jpg,full,centered]

C’est le retors qui donne cet effet de chaînette à mon fil. La couleur du mouton ouessant noisette est vraiment très jolie. Si les moutons d’Ouessant vous attirent ou vous intriguent, je vous recommande la lecture du blog de Dominique.

Ensuite, un retors un peu particulier, en anglais on dit « coils » que l’on pourrait traduire par « ver de terre », personnellement je préfère « zigouigoui » :tongue1_tb:

[photopress:wrapandroll.JPG,full,centered]

Le principe consiste à filer un célibataire (on peut le surtordre légèrement), que l’on va retordre sur une « âme », c’est à dire un fil déjà filé et retordu, qui devra être lisse, et qui aura donc de la solidité pour faire ce dont nous aurons besoin. Car au fur et à mesure que l’on retors, on pousse notre célibataire sur le fil afin que les boucles se touchent. C’est très long à faire, délicat car l’âme est surtordue et au final on n’a que quelques mètres de fil. Mais l’aspect de ce type de fil me fascine. Pour ce fil, j’ai testé une méthode vue sur Spin-off, le « wrap and roll ». Cela consiste à détordre l’âme avant de la retordre. Des vidéos disponibles ici :  Wrap and roll part 1 et part 2.

[photopress:neigeetsapin.JPG,thumb,left] Sur le thème « neige et sapins » (et oui Noël approche), j’avais préparé une nappe avec deux tons de mérinos vert, du bambou blanc pour la neige, et du glitz pour le brillant. Voici ce qu’elle donne filée :

[photopress:neige_et_sapins.jpg,full,centered]

Retors navajo pour conserver l’alternance des couleurs.

[photopress:granit.jpg,thumb,left] Et puis dans la série des tricots maintenant, j’ai tricoté ce fil « granit » fantaisie, j’en ai fait des mitaines :

[photopress:mainemittens.JPG,full,centered]

Modèle gratuit « Maine Morning Mitts« . Il ne me fallait pas un modèle trop complexe pour mettre en valeur le grain de mon fil. Je suis contente du résultat et du coup, je vais sûrement davantage oser tricoter des fils très fantaisie.

J’ai également tricoté une écharpe dans un point qui met en valeur les fils « variegated », mais le mohair qui compose mon fil fait-main n’est sûrement pas aussi approprié qu’un beau fil tout rond :

[photopress:echarpe.JPG,full,centered]

Modèle gratuit « Morning Surf Scarf« .

Voici maintenant une nappe cardée dans différents tons de merinos rose très vif avec du viscose noir, le tout parsemé d’un peu de fibres d’angelina très brillantes :

[photopress:nappe_rose_flashy.jpg,full,centered]

Le résultat filé retordu avec un fil à broder dans les tons de violet pour conserver l’alternance des couleurs :

[photopress:rose_flashy_file.jpg,full,centered]

Il me fallait un modèle qui mette en valeur ce fil, j’ai opté pour l’écharpe « Prismatic » :

[photopress:echarpeprismatic1.JPG,full,centered]

Modèle gratuit disponible sur Ravelry.

Détail du point et du fil :

[photopress:echarpeprismatic.JPG,full,centered]

Et pour finir, Roam lui-aussi en laine filée main, avance tranquillement :

[photopress:Roam.JPG,full,centered]

Voilà c’est tout pour aujourd’hui :rolleyes_tb:

Derniers écheveaux

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas parlé de mes travaux. Donc voici ce qui peut faire penser à une avalanche d’écheveaux…

Tout d’abord, Briard Rose le boléro, terminé :

[photopress:briarrose.JPG,full,centered]

Il rend bien mieux porté, mais je n’ai pas de petite robe à mettre avec… :tongue1_tb:

Et puis mon projet de la veste « Roam » (Rowan 40) en laine filée main :

[photopress:gilet_cht.jpg,full,centered]

Mélange cardé maison. Je dois obtenir autour de 5/6 wpi, ce qui correspond à un très gros fil et qui n’est pas dans mes habitudes de filage :wallbash_tb:

Ensuite, « Artichaut », Zouzou m’affait offert une nappe dans des coloris que j’aime beaucoup :

[photopress:nappe_zouzou.jpg,full,centered]

J’ai retordu le fil avec de la soie filée très fine. Métrage : 940 m pour 100 grammes, j’ai de quoi me tricoter un beau grand châle. :wub_tb:

J’avais teint du mérinos en utilisant un sous-bain de teinture Rit noire, j’ai obtenu un joli violine/noir, que j’ai mélangé avec du glitz et de la soie blanche et violette (on ne voit pas la nuance violette sur la photo). Le tout retordu fantaisie avec un fil à broder argent très fin, voici Granit :

[photopress:granit.jpg,full,centered]

J’ai fait une fixette sur les grelots récemment. Je voulais abso-lu-ment en incorporer dans un filage. Après bien des « gling-gling » (mon rouet a failli faire une indigestion de grelots :rolleyes_tb:), voici une première version de mon fil à grelot :

[photopress:grelots03.jpg,full,centered]

Je ne suis pas satisfaite du résultat (ni de la photo d’ailleurs, le rouge ne rend décidément rien et les grelots sont dorés) car je pense ne pas avoir assez tordu mon fil. Je voulais faire un fil très dodu et épais, et intégrer directement les grelots au moment du filage. Je vais sûrement refaire d’autres fils à grelots, car j’aimerais en inclure dans des tissages de poncho ou d’écharpe.

Des essais de matières et couleurs, une nappe dans différents tons de mérinos aux couleurs de l’automne, avec 30% de lin :

[photopress:nappe_automne.JPG,full,centered]

Et le résultat filé :

[photopress:automne_file.JPG,full,centered]*

J’aime assez le mélange du lin, qui rappelle l’écorce du bois.

La dernière nappe pour l’instant, une forêt de sapins sous la neige, mérinos vert, bambou et glitz pour la neige :

[photopress:neigeetsapin.JPG,full,centered]

Je viens de finir de le filer, j’aimais mieux la nappe avant filage que le fil obtenu, car on perd le côté moelleux du bambou, qui rappelle bien la neige.

Et pour terminer, j’ai remis en ligne mon site de vente d’écheveaux, il est ici :

Alpagas, animal et fibres

Au début du mois, je participais pour la deuxième fois au Show Alpaga organisé par Alpaga Développement.

[photopress:naiade_091003.jpg,full,centered]
Naïade et moi, au premier plan la juge.

Qu’est-ce qu’un show, et à quoi sert-il ? C’est l’occasion pour les éleveurs, de présenter leurs animaux devant un juge, généralement étranger au pays afin d’être le plus neutre et impartial possible. Le juge va examiner tous les animaux selon des critères précis (conformation, qualité de la laine), et les classera. C’est donc pour l’éleveur, un moyen de connaître la qualité de son animal, de savoir s’il a une toison fine, dense, lustrée, crimpée…

[photopress:juge_091003.jpg,full,centered]
La juge examine la toison d’un alpaga suri

Cette année la juge, Jill, venait du Canada. Elle a aussi animé une conférence sur les fibres, comment reconnaître une toison de qualité, et sur le process industriel de transformation des fibres. Autant d’éléments clés pour les éleveurs, qui leur permettent d’axer leur élevage pour l’obtention d’une excellente matière première. C’est ce que l’on appelle la sélection.
Grâce à tout ce travail en amont, les tricoteuses peuvent bénéficier de laine d’alpaga très doux, par exemple. :wink1_tb:

[photopress:alpagas_091003.jpg,full,center]
Bouilles d’alpaga

En tant que fileuse, cette conférence m’a aussi beaucoup intéressée, et m’a permis de mieux connaître les toisons d’alpaga. Jill avait apporté des échantillons de toisons dites « d’élite » car d’excellente qualité ; ces échantillons font partie des 5% plus belles toisons du continent américain :shock_tb:
J’ai eu la chance de voir et de filer de très belles toisons d’alpaga grâce à Marie-Geneviève d’Alpaga Développement, mon mentor dans le domaine. Mais là, nous avons tous été ébahis par la qualité de ces fibres d’élites, qu’on aurait pu prendre pour certaines, pour de la soie tant elles étaient fines et lustrées.

[photopress:suri_091003.jpg,full,center]
Alpaga suri

Les caractéristiques de l’alpaga.
Il existe deux types d’alpaga, les huacayas, et les suris. Leur toison se décline dans environ 22 couleurs naturelles, allant du blanc pur au noir profond, en passant par diverses nuances de brun, beiges et gris.

[photopress:couleurs_alpaga.jpg,full,centered]
Différentes couleurs naturelles

L’alpaga huacaya est le type de le plus répandu. Sa toison est de type « laine », c’est à dire ondulée (on appelle cela le crimp), la finesse peut aller jusqu’à 15 microns (ce qui est plus fin que la plus fine laine de mouton, le mérinos).

[photopress:best_of_show2009.jpg,full,centered]
Le best of show de ce concours 2009, un alpaga huacaya

L’alpaga suri est plus rare et sa particularité réside son absence d’ondulations (crimp), et de longues mèches enroulées sur elle-mêmes. Sa toison, très lustrées, est du type « cheveux », tout comme le mohair. On privilégie davantage le lustre que la finesse chez le suri.

[photopress:alpagasuri.jpg,full,centered]
Un alpaga suri

Dans le cycle du filage, le suri sera peigné, tandis que le huacaya peut-être cardé ou peigné. Le suri est beaucoup plus difficile à travailler du fait de ses très longues mèches enroulées.

[photopress:crimp_alpaga.jpg,full,centered]
Le crimp sur une mèche d’alpaga huacaya (finesse d’environ 18 microns), appartenant à Talicot. Les toisons d’élite présentent encore plus d’ondulations bien que celle-ci soit déjà belle.

Cependant, la fibre d’alpaga n’est pas synonyme de douceur. Ce qui fait que l’alpaga « pique », c’est la présence de poil de garde (ou jarre), plus épais. Un restant de la toison primitive de l’animal, à l’origine pour le protéger des intempéries.
C’est le travail des éleveurs de sélectionner des animaux qui ont le moins possible de poil de garde, ou le plus fin possible. C’est aussi le travail des transformateurs (industrie ou fileur) de trier les toisons et de retirer les parties jarreuses et plus épaisses, afin d’obtenir un produit fini de bonne qualité.

[photopress:stand_091003.jpg,full,centered]
Mon stand filage, tricot, tissage, axé alpaga, lors du show

Enfin une précision d’importance, les alpagas, comme les lamas et les chameaux, ont la particularité de cracher lorsqu’ils se sentent agressés, mais ils ne le font que sur leurs congénères. Ce sont des animaux doux et craintifs, intelligents et attachants. :wub_tb: