Les activités de l’été

J’aime bien réaliser des teintures végétales en été… Les journées sont longues, la lumière rend mieux les nuances subtiles des couleurs végétales. J’en profite pour enrichir la section « teintures  végétales » de ma page personnelle. Donc ces temps-ci, revenez souvent car de nouvelles pages vont arriver 🙂

Une couleur que j’aime beaucoup, celle de l’écorce de bourdaine. Sur le mohair elle donne un jaune superbe, un peu vieil or.

Mohair avec écorce de bourdaine

Mohair avec écorce de bourdaine

La bourdaine pousse partout en France. Méconnu, cet arbuste a pourtant de nombreuses cordes à son arc ! D’abord l’écorce et les baies dans une moindre mesure, ont des propriétés médicinales. Et puis l’écorce est tinctoriale, de même que les baies. Ensuite, le bois a une superbe couleur rose, et enfin la plante est utilisée en vannerie ! Une ressource locale méconnue.

Le beau rosé du bois de bourdaine.

Le beau rosé du bois de bourdaine.

Une autre plante commune qui offre un grand intérêt tinctorial : la rhubarbe, en plus d’être délicieuse en tarte.
Les feuilles, toxiques à ingérer, sont riches en acide oxalique et peuvent servir de mordant en teinture végétale. Les racines teignent en jaune d’or sans besoin de mordancer la fibre avant, et sans besoin de chauffer pour extraire la couleur. Et les post-bains font fortement changer la couleur d’origine. On obtient ainsi facilement et sans recours à beaucoup d’énergie, 3 magnifiques couleurs naturelles qui se marient très bien entr’elles !

Les couleurs de la rhubarbe

Les couleurs de la rhubarbe, en haut post-bain alcalin, au milieu la couleur sans modifications, en bas post-bain au sulfate de fer.

Une autre teinture tout juste sortie du bain, celle avec des noix vertes. Pour cette expérimentation, je n’ai pas eu recours au chauffage, j’ai simplement laissé les noix infuser plusieurs jours dans de l’eau, filtré, puis laissé les fibres plusieurs jours dans le bain.

Teinture avec des noix vertes, à gauche sur coton et lin, à droite sur laine (différentes époques de récolte).

Teinture avec des noix vertes, à gauche sur coton et lin, à droite sur laine (différentes époques de récolte).

Les noix se récoltent vertes, vers le 21 juin. Cette année j’ai récolté un peu plus tard. Je pense que cela explique en partie la différence de couleur entre mon petit carré tissé, et mon écheveau de droite, tous deux sur laine. La teinture du carré tissé a été réalisée il y a 2 ans, les noix avaient été récoltées un peu avant le 20 juin et j’avais fait chauffer le bain de teinture.

Je n’ai pas de but précis quand je teins, et comme j’aime expérimenter pour voir quelle couleur sortira de telle plante, je fais de petits écheveaux de 100 à 200 m, à partir de fil en cône la plupart du temps (parce que je pense tissage plutôt que tricot), en laine, coton, chanvre et lin essentiellement.

Pour cela, je m’aide d’un outil fort pratique, récupéré lors de la fermeture d’une filature.

Un dévidoir

Un dévidoir du début 1900

L’inscription au pied du devidoir indique « M. Defraine –  Bruxelles ». Difficile de donner une date de construction, je n’ai pas trouvé d’indice, juste un catalogue où ce modèle est présenté en page 23.

Détail

Détail

Il s’agit d’un devidoir manuel qui fait métreur de fil en même temps, et permet de réaliser jusqu’à 5 échevettes de 1 m de circonférence. Vestige d’une période disparue ou presque, construit pour durer…

Les usures du temps

Les usures du temps

Je me demande bien combien de milliers de kilomètres il a déjà métré… il a pris sa retraite dans mon atelier, mais il ne prends pas pour autant la poussière !

Et après les séances teintures, petite pause méritée, avec vue depuis la table de la cuisine sur le jardin aux couleurs de l’été… le bonheur est dans les choses simples de la vie.

Pain au levain

Pain au levain

6 réflexions au sujet de « Les activités de l’été »

  1. Tes couleurs sont très belles. J’ai visionné le catalogue, super intéressant. Je t’envie le dévidoir, quelle belle pièce. Amuse-toi bien cet été.

    • J’ai cherché dans mes docs car il me semblait que la gaude pouvait tenir sans mordant, mais je n’ai pas trouvé l’info. Il se peut que ça tienne, mais moins bien. Autrement, en teinture par fermentation, spécialité d’Isatinctoria, ça doit tenir sans mordant. Super ton dévidoir artisanal !

  2. Je suis passée par ici pour te donner un bisou… je vois que tout va bien, que la « famille » s’agrandit et que tu es toujours une chercheuse formidable! A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *