Le temps des cerises

Meillerie au bord du Léman, en 1929

Meillerie au bord du Léman, en 1929

Les photos anciennes m’ont toujours fait rêver. Comme si le noir et blanc faisait disparaître le temps qui passe, il ne reste que les beaux jours et les moments heureux.

Lorsque j’étais jeune, je me suis intéressée aux photos anciennes de mes grand-mères. Elles étaient en vrac dans des boîtes ou des enveloppes. Je les ai triées et classées dans un album. Il y avait tant d’inconnus sur ces clichés… Parfois mes parents connaissaient ces inconnus, d’autres fois, non. Quelques fois moi aussi je les connaissais, mais âgés. Souvent je découvrais mes aïeux à travers ces clichés.

Récemment j’ai ressorti mon vieil album et scanné toutes les photos.

La branche paternelle de ma famille a vécu au bord du lac Léman, soit côté suisse, soit côté français. Je suis moi-même née à Evian et ai passé toute mon enfance près des rives du lac.
Les hasards de la vie font que je n’y vis plus depuis bien longtemps. Parfois je le regrette, parfois, je me dis qu’il est mieux pour moi de garder le souvenir des paysages encore ruraux de mon enfance, plutôt que de constater l’urbanisation galopante d’une région victime de son attrait touristique et de la Suisse toute proche.

Vendanges près d'Evian en 1929

Vendanges près d’Evian en 1929. Ma grand-mère au fond à gauche.

Mes arrières grands-parents.

Mes arrières grands-parents à Laprau, Lugrin (74).

Le tour de France à Evian, 1931

Le tour de France à Evian, 1931

Un des aspects peu banal de ma grand-mère paternelle c’est qu’elle a fait de la montagne dans sa jeunesse, avant son mariage. Peu de gens habitant les environs en faisaient, encore moins des femmes. Elle a même servi de guide pour un touriste désireux de gravir la Dent d’Oche (altitude 2222 m). Ce n’est pas une montagne très difficile, mais il ne faut pas avoir le vertige, et il y a un passage un peu délicat après le refuge du C.A.F., la « cheminée », qui surplombe tout le plateau du Gavot et le lac Léman.

Chalet d'Oche - 31/08/1931

Chalet d’Oche – 31/05/1931

Voici ce qu’elle a rédigé au dos de la photo ci-dessus :

Souvenir d’une ascension à la Dent d’Oche le 30-31 mai 1931 par la caravane composée de Messieurs

Norbert Morcheau d’Evian les bains
Louis Colloud d’Evian les bains
Charles Favre d’Evian les bains
Charles Chardon d’Evian les bains
Charles Blonay d’Evian les bains
Armand Inhoos d’Evian les bains
Mme Armand Inhoos d’Evian les bains
Mlle Violette Chardon d’Evian les bains
Mlle Lucie Richoz d’Evian les bains
Mlle Olympe Bianco d’Evian les bains

Ascension effectuée par un temps défavorable. Sol trempé dans les pâturages. Neige durcie sur les hauteurs, ce qui rendait cette ascension particulièrement pénible ; un pas en avant, 2 en arrière. Nous avons eu la chance de trouver « la cheminée » dépourvue de neige et à 8 heures Dimanche nous arrivions au refuge du C.A.F. Trempés  jusqu’aux os mais très heureux, malgré la fatigue d’avoir vaincu la « Béca d’Oche ». Nous n’étions cependant pas au bout de nos peines car la descente s’est effectuée au sommet avec une tempête de neige et une pluie diluvienne nous accompagna jusqu’à Evian. Le seul regret de cette ascension féconde en incidents de toute sorte est que nous n’avons rien vu du panorama splendide que l’on découvre de la-haut, le brouillard étant très intense.

Le  châlet d'Oche en 1931.

Le châlet d’Oche en 1931. Ma grand-mère Lucie est à gauche sur la photo.

Selon ma grand-mère, « béca » signifie « dent » en patois, et « oche »,  « œil ». Toujours selon elle, la dent d’oche signifierait donc « la dent de l’œil », en rapport avec la forme d’une de nos dents dont un nerf serait relié aux yeux. Et donc, en patois complet, les autochtones disaient « béca d’oche ».

30 août 1931, sommet de la dent d'Oche

30 août 1931, sommet de la dent d’Oche, ma grand-mère au deuxième plan à gauche.

Le panorama en haut est vraiment magnifique quand on a la chance que le temps soit dégagé.

Aujourd’hui l’ascension de la Dent d’Oche peut se faire en quelques heures ; en se garant à la Fétuière, il y a 980 m de dénivelé à gravir.

En 1930, il fallait partir à pied depuis Evian-les-bains, 1800 m de dénivelé et une dizaine de km plus bas.

Ils avaient donc toutes les raisons d’être heureux de l’avoir faite, cette « Béca d’Oche » !

3 réflexions au sujet de « Le temps des cerises »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *