Tissages

Cet hiver je me suis essayée au tissage « Backstrap » et aux galons.

Galons

Mes premiers essais de galon en bambou

Cela faisait quelques temps que je bavais devant les magnifiques motifs péruviens de ce type de tissage. Dans le domaine, un seul site : celui de Laverne, qui nous explique et nous montre comment réaliser ces superbes tissages. Elle a également écrit un ouvrage, qui permet facilement de se lancer dans la technique.

galons 2

Un galon avec fil de trame supplémentaire, les baleines prédécoupées de 11 mm pour corset, remplacent avantageusement les baguettes à sauté (pour lever manuellement certains fils de chaîne).

En fait traditionnellement, au Pérou et dans les Andes en général, on ne tisse pas ces galons sur un métier à tisser, mais sur un système rudimentaire.  Cela ne requiert donc aucun investissement particulier autre que des navettes  et quelques bâtons pour tendre et installer la chaîne.

Comme j’avais à disposition depuis peu un métier à galon, j’ai plutôt eu envie d’installer ma chaîne dessus.

Tissage sur métier à galon

Le fonctionnement des métiers à galon est simple et ingénieux, les lisses en dessous de la chaîne et en blanc sur la photo, maintiennent 1 fil sur deux. En appuyant vers le haut, ou vers le bas sur la chaîne, on lève tour à tour les fils pairs et impairs, ce qui forme la foule. Je me suis faite également des lisses supplémentaires qu’on devine mal sur la photo mais qui sont sur la chaîne, pour lever encore d’autres fils de chaîne, dans certains cas.

Et puis, lors d’un échange du forum filage, Labryarde était ma marraine et elle m’a vraiment gâtée :

Le colis que ma marraine Labryarde m'a envoyé

En particulier, elle m’a tissé une pièce en lin qu’elle a rebrodé d’un lézard (bon en fait c’est un varan parce que j’avais écrit dans mon portrait chinois pour l’échange que le varan me fascinait – ce qui est vrai), et ç’a été pour moi le déclic, cette pièce en lin.

J’aime beaucoup l’aspect du lin et il se trouve que j’avais prévu d’en tisser, des cônes m’attendaient sagement depuis déjà un moment. Donc ni une, ni deux, je me lance.

Par contre, le tissage du lin est assez particulier par rapport à ce que j’avais l’habitude de tisser (laine et coton). Il rétrécit en effet beaucoup, environ 10 %. Il est donc important de vraiment s’obliger à faire un échantillon d’une taille « correcte » pour juger du choix du peigne, de la densité du tissage et de la force du battage pour la trame. Penser aussi à mesurer l’échantillon avant le lavage, et après. Car une fois lavé l’échantillon n’a plus rien à voir avec l’original.

Il faut bien tendre la chaîne pour tisser le lin, et battre plusieurs fois, foule ouverte, foule fermée, pour que la trame soit suffisamment tassée. C’est particulier. Mon tissage est très rigide avant lavage, et devient plus souple une fois lavé.

Il faut aussi installer vraiment soigneusement la chaîne sur le métier, car le lin n’est pas élastique, et il a même tendance à se détendre. Je pratique l’ourdissage avec encroix mais il m’est difficile, seule, de tendre correctement la chaîne. Je vais donc me lancer dans l’ourdissage sectionnel, parce que je peux en installer un sur mon métier. J’attends ce système avec une certaine impatience maintenant.

Voici donc mon tissage en cours :

Tissage de lin

Ce sera un coussin. C’est un enfilage « chemin de rose », qui permet de réaliser divers motifs juste en changeant l’attachage des pédales. Comme le lin va rétrécir, je compte là-dessus pour resserrer un peu les motifs, qui sont en laine filée main. Il paraît que le lin fait mauvais ménage avec les fibres animales parce qu’il ne se comporte pas pareil, on verra… j’ai essayé de faire les motifs en lin mais je trouve que la laine rend mieux.

Mon tissage est assez « dense » et c’est la première fois que je tisse du 10 fils/cm. J’aime bien, et j’ai hâte de sortir et de laver ce tissu pour voir ce qu’il rendra !

12 réflexions au sujet de « Tissages »

  1. toujours fascinants, tes billets. J’aime beaucoup ton tissu en lin et je suis curieuse de savoir comment il a tenu le lavage.

  2. Tu m’épates encore et encore ! J’adore lire de tes aventures. Tu expliques le tout si facilement que j’ai vraiment le goût d’y essayer. J’adore les tissus de lin. Je rêve dans trouver par ici pour embellir chez nous. Dommage qu’on vit si loin l’une de l’autre… beaux projets 🙂

  3. Tes galons sont vraiment très très beaux. Et le tissage du lin a l’air très prometteur. J’aime beaucoup les motifs qui ont l’air fins.
    Ces vraiment très intéressant de nous parler de ces techniques.
    Par ailleurs, j’aime beaucoup ta nouvelle présentation des photos, avec légende.

  4. Ping : Moutons, galons et lin | Blog Tricofolk

  5. Sans vouloir m’avancer, j’ai vu ce même type de « métier » en fonctionnement en Ardèche l’année dernière (château de l’Argentière). C’était très courant en France au Moyen Age, il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *